Miss Cantine

L’amniocentèse: qu’est-ce que c’est et à quoi sert ce test pendant la grossesse

L’amniocentèse est un test de diagnostic le liquide amniotique est retiré de l’utérus pour analyse ou traitement.

Bien peut fournir des informations précieuses sur la santé du bébé avec un risque minimal, la possibilité d’avortement existe (0,6% à partir de la 15e semaine de gestation), il est donc logique que la femme se demande si elle est pratiquée ou non si son gynécologue le recommande si elle voit des modifications possibles du tests de dépistage précédents.

Nous répondons aux questions les plus courantes qui se posent autour de l’amniocentèse, avoir toutes les données avant de prendre une décision.

Qu’est-ce que l’amniocentèse?

Son nom vient de ‘amnios’, le sac qui contient le liquide amniotique, et ‘centesis’, ce qui signifie piqûre.

Et c’est que ce test prénatal consiste en une extraction du liquide amniotique qui entoure le fœtus et lui permet de se déplacer confortablement dans la paroi de l’utérus. En outre, il contient d’autres composants nécessaires à la croissance de l’enfant et des cellules détachées de son corps.

En bref, l’amniocentèse fait référence à la procédure consistant à perforer et à absorber avec une aiguille du liquide amniotique à travers le ventre de la mère, puis à l’analyser.

Quand est-ce recommandé?

La clinique Mayo explique que l’amniocentèse peut être pratiquée pour plusieurs raisons:

  • Test génétique Détecter certaines anomalies chromosomiques, telles que le syndrome de Down.

  • Test de maturité des poumons du bébé. Analysez le liquide amniotique pour déterminer si les poumons du bébé sont suffisamment matures pour la naissance.

Cela n’est fait que si un travail prématuré est envisagé (par induction ou par césarienne) afin de prévenir les complications de la grossesse pour la mère dans une situation non urgente. Il est généralement effectué entre les semaines 32 et 39 de la grossesse. Il est peu probable que les poumons du bébé soient complètement développés avant la 32e semaine.

  • Diagnostic d’une infection fœtale. Ou pour évaluer la gravité de l’anémie chez les bébés sensibilisés au Rh, une maladie rare dans laquelle le système immunitaire de la mère produit des anticorps contre une protéine spécifique à la surface des cellules sanguines du bébé.

  • Traitement Polyhydramnios. Lorsque trop de liquide amniotique s’accumule dans l’utérus pendant la grossesse, une amniocentèse peut être utilisée pour drainer l’excès.

Amniocentèse génétique: la plus courante

Jusqu’à il y a quelques années, l’amniocentèse était recommandée à toutes les femmes de plus de 35 ou 38 ans (selon la communauté autonome), en tenant compte du fait que le risque d’anomalies chromosomiques augmentait avec l’âge.

Aujourd’hui cependant il est possible d’éviter un nombre important d’amniocentèse en définissant le risque avec les marqueurs obtenus avec différents tests de dépistage: test biochimique sanguin maternel (test combiné du premier trimestre), test ADN fœtal et échographie.

Ils font partie des programmes de diagnostic prénatal des différents systèmes de santé espagnols et nous permettent de connaître avec une fiabilité élevée (85 à 90%) le risque de souffrir d’anomalies chromosomiques.

Ainsi, les réseaux de santé recommandent un test invasif, tel que l’amniocentèse, uniquement aux femmes enceintes qui obtiennent un rapport de test combiné avec un résultat à risque élevé (supérieur ou égal à 1 entre 250 et 350, en fonction de la coupure établie par chaque autonomie. ) et à qui:

  • Avoir eu une anomalie chromosomique ou une anomalie du tube neural lors d’une précédente grossesse. Si une grossesse précédente était affectée par des troubles tels que le syndrome de Down ou une anomalie du tube neural (trouble grave affectant le cerveau ou la moelle épinière), votre médecin pourra vous recommander une amniocentèse pour confirmer ou infirmer ces troubles.

  • Avoir des antécédents familiaux d’une maladie génétique spécifique ou si le père ou la mère sont connus comme porteurs d’une maladie génétique, telle que la fibrose kystique.

  • Ils ont des anomalies sur certaines échographies.

En quelle semaine de gestation est-il pratiqué?

Les revues Cochrane, qui consistent en une analyse exhaustive des preuves médicales existantes, ont révélé que L’amniocentèse est plus sûre entre la grossesse et les seize semaines.

Dans tous les cas, comme l’a prévenu la clinique Mayo, l’amniocentèse ne convient pas à tous les cas. Le médecin peut déconseiller l’amniocentèse si la femme a une infection. (comme le VIH, l’hépatite B ou l’hépatite C), car ces infections peuvent être transmises au bébé pendant l’amniocentèse.

L’amniocentèse est incluse en tant que test de protocole, et donc gratuite, dans le réseau de santé publique espagnol, à la fois pour les femmes enceintes chez qui on a diagnostiqué un risque élevé et pour celles qui se disent angoissées par une anomalie.

Ceci est fait, étape par étape

  • Avant Si l’amniocentèse est pratiquée avant la 20e semaine de grossesse, la femme devra peut-être boire beaucoup de liquide pour maintenir l’utérus. Cependant, après la 20e semaine de grossesse, la vessie doit être vide pour minimiser les risques de piqûre inexacte.

Ce sera le médecin qui expliquera la procédure à la mère, qui devra signer un consentement.

  • Échographie La femme est allongée sur le dos sur une civière avec son abdomen exposé. Le spécialiste applique un gel spécial sur l’abdomen puis utilise un petit appareil appelé « transducteur à ultrasons » pour connaître la position exacte du bébé sur un moniteur.

  • Insérez une aiguille. Après avoir nettoyé l’abdomen avec un antiseptique et, guidé par échographie, insérez une fine aiguille creuse dans la paroi abdominale jusqu’à atteindre l’utérus.

  • Enlevez le liquide. Avec une seringue, le médecin retirera une petite quantité de liquide amniotique, puis retirera l’aiguille. La quantité de liquide dépend des semaines de grossesse.

La mère doit rester immobile pendant que l’aiguille est insérée et le liquide amniotique est retiré.

L’amniocentèse fait-elle mal?

Chaque personne a un seuil de douleur et des facteurs uniques tels que les nerfs rendent chaque cas différent.

Mais le processus est si doux que l’utilisation de l’anesthésie locale n’est pas indiquée. La région dans laquelle on travaille n’est pas spécialement peuplée de nerfs responsables de la nociception (perception de la douleur), de sorte qu’elle n’est guère perçue physiologiquement.

Malgré tout, il est pratique que la mère vienne le test, à la fois pour le soutien émotionnel qu’elle apporte et pour la ramener à la maison.

Faut-il se reposer après le test?

Bien qu’il s’agisse d’un test invasif, son impact physiologique est minime. Cela signifie que la mère pourrait reprendre ses activités normales immédiatement.

Cependant, il est recommandé de se reposer pendant quarante-huit heures après le test afin d’éviter toute perte de liquide ou d’éventuelles complications, et d’éviter les rapports sexuels, au moins le premier jour.

En outre, la femme peut ressentir des spasmes ou un léger inconfort pelvien après une amniocentèse.

Vous devez vous rendre aux urgences en cas de:

  • Perte de sécrétions vaginales ou de saignements vaginaux

  • Spasmes utérins sévères qui durent plus de quelques heures

  • Fièvre

  • Rougeur et inflammation à l’endroit où l’aiguille a été insérée

  • Activité fœtale inhabituelle ou absence de mouvement fœtal

Quels sont les risques du test?

Comme l’explique la clinique Mayo:

  • Perte de liquide amniotique. Exceptionnellement, après une amniocentèse, le liquide amniotique peut être filtré à travers le vagin. Cependant, dans la plupart des cas, la quantité de liquide perdue est faible et s’arrête en une semaine.

Dans ces cas, vous pouvez choisir d’hospitaliser la femme enceinte pour la contrôler jusqu’à ce qu’elle récupère.

  • Avortement spontané. L’amniocentèse au cours du deuxième trimestre comporte un faible risque d’avortement spontané, environ 0,6%, un peu plus élevé si elle est pratiquée avant la 15e semaine.

  • Blessure causée par l’aiguille. Ils sont très rares, même s’il peut arriver que le bébé bouge un bras ou une jambe dans le passage de l’aiguille.

  • Sensibilisation au facteur Rh. Exceptionnellement, l’amniocentèse peut faire en sorte que les cellules sanguines du bébé pénètrent dans le sang de la mère.

Si la femme est Rh négative et qu’elle n’a pas développé d’anticorps contre le sang du groupe Rh positif (ce qui est vérifié par une analyse), elle recevra une injection d’un dérivé du sang appelé « immunoglobuline Rh » après le test.

Cela empêchera votre corps de produire des anticorps anti-Rh qui pourraient traverser le placenta et endommager les globules rouges du bébé.

  • Transmission de l’infection au bébé. Très peu probable, car l’amniocentèse n’est pas pratiquée si la femme est atteinte d’hépatite C, de toxoplasmose, de VIH ou de sida, l’infection pourrait être transmise au bébé pendant l’amniocentèse.

Amniocentèse, une confirmation

Analyse des résultats

L’échantillon de liquide amniotique extrait sera analysé en laboratoire. Certains résultats peuvent être disponibles dans 24 à 48 heures. D’autres pourraient prendre jusqu’à quatre semaines.

En cas de diagnostic génétique, il est nécessaire de maintenir les cellules obtenues en culture pendant 14 jours. Cela signifie que la femme doit attendre entre trois et quatre semaines en moyenne depuis le test pour connaître le résultat.

Existe-t-il des alternatives de diagnostic précoce?

Pour écarter ou détecter les problèmes fœtaux dès que possible, vous pouvez opter pour la biopsie du chorion. Cela peut être fait à partir de la dixième semaine de gestation et le résultat est obtenu en 24 à 48 heures.
Elle consiste à obtenir des villosités chorales du placenta en développement et est réalisée par une ponction abdominale ou vaginale, en fonction de la semaine de gestation et de la position du placenta. Le problème est qu’il s’agit également d’un test invasif avec un risque d’avortement estimé entre 1% et 2%.

Conclusion: L’amniocentèse est un test invasif comportant des risques minimes mais existants (0,6% de chance d’avorter). Il ne s’agit pas d’un test de diagnostic obligatoire, bien qu’il s’agisse d’un protocole gratuit dans la sécurité sociale, recommandé en cas d’irrégularités dans le dépistage prénatal combiné ou en cas d’antécédents de problèmes génétiques.

Si détectés tôt, ils pourraient aider à traiter le plus rapidement possible les modifications du fœtus (comme le spina bifida) et à améliorer le diagnostic.

Il est donc très pratique d’évaluer les avantages et les inconvénients avec le gynécologue avant de décider de le faire ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *