Miss Cantine

Chérie, on cherche le deuxième?

Le jour où j’ai remarqué la tendresse avec laquelle mon père me regardait, c’était le jour où j’ai su que J’aimerais aussi avoir des enfants. Que je voulais aussi ressembler à ceci. Ce que je n’avais pas – et je n’ai pas non plus – n’est pas clair, c’est de savoir si ce regard allait reposer sur plusieurs petits enfants ou sur un seul.

Mais comme c’était un problème pour mon futur moi, et que ma femme avait les mêmes doutes que moi, nous avons commencé au début, c’est-à-dire en ayant le premier et « alors nous verrons ». Ce qui se passe, c’est que notre fille vient d’avoir 18 mois et que « alors » se cristallisait dans une question de plus en plus présente: chérie, on cherche le second?

Allez-y que vous allez lire ci-dessous ne sera pas un argument pour ou contre avoir un, deux, trois ou une douzaine d’enfants. C’est plutôt une compilation de tous les doutes et des sentiments mitigés qui me viennent à l’esprit chaque fois que je pose (ou me pose la question) la question ci-dessus.

En fait, je ne vais même pas les séparer pour « en faveur » ou « contre », car je ne sais même pas comment définir ce qui est favorable ou défavorable. Alors, on commence:

Ma fille sera plus heureuse avec un petit frère ou une petite soeur

Ou du moins, je le pense. J’ai grandi avec un frère deux ans plus jeune que moi et nous avons partagé et partagé de nombreux moments ensemble. Des jeux et du mal dans l’enfance aux fêtes, des amis et des confidences à l’adolescence et à la jeunesse. Bien qu’il y ait des moments où nous nous voyons plus et d’autres moins, je sais que ce sera toujours là quand j’en aurai besoin.

Si on peut difficilement avec un, comment allons-nous pouvoir le faire avec deux?

C’est une pensée un peu égoïste, mais quand je m’arrête de penser à tous les moments où l’attention de la petite fille nous dépasse, je ne veux même pas imaginer ce que cela peut être d’avoir deux. Les petits secrets d’intimité et de temps que nous avons laissés disparaîtront-ils? Vont-ils synchroniser leurs cris et leur colère? Est-ce qu’ils vont se battre beaucoup?

Je veux choyer celui que nous avons déjà

Parfois, je regarde ma fille faire des bêtises et j’ai l’idée de ne plus avoir d’enfants et de les gâter à l’infini. Je sais qu’en réalité, cela ne me rendra pas nécessairement plus heureux et que mon amour ne sera pas divisé en deux par un autre enfant, mais se multipliera. Mais il y a cette pensée.

17 illustrations amusantes montrant les différences entre le premier et le deuxième enfant

Est-ce que je veux vraiment renoncer à sentir mon bébé dans mes bras?

Même si un enfant est aimé infiniment toute sa vie, je pense qu’il n’ya rien de comparable à ce sentiment d’adoration qui vous submerge lorsque vous avez votre bébé dans les bras et qu’il n’atteint pas un demi-mètre et que vous estimez que vous devez le protéger de toutes les mauvaises choses du monde. . Ne pas avoir plus d’enfants céderait de nouveau, et c’est quelque chose qui me fait peur.

Ai-je la force d’élever un autre bébé?

Maintenant qu’elle a un an et demi, la vérité est que notre petite fille « prend pratiquement soin d’elle-même ». Oui, vous devez le changer, l’habiller, le baigner, l’aider à manger, le regarder, marcher à son rythme erratique dans la rue, le calmer quand il fait mauvais, le dormir … Mais il passe déjà plusieurs fois en jouant « seul », en pleurant, en dormant tous la nuit et sait presque toujours comment vous dire ce qu’il veut ou ce qui fait mal.

Par conséquent, pour penser à revenir sur ses six premiers mois, qui sont une nébuleuse de larmes sans fin et de nuits sans fin, je trouve cela assez difficile.

Sommes-nous en forme à la maison?

Eh bien, c’est un peu la première question mondiale, parce que pour en avoir, nous devons en avoir assez. Ils pourraient partager une chambre ou je quitte mon bureau. C’est plutôt un sentiment similaire à celui que vous ressentez lorsque vous décidez d’avoir le premier: maintenant que ma vie est plus ou moins organisée, vais-je tout changer à nouveau?

Le sentiment de culpabilité à l’arrivée du deuxième enfant: comment y faire face

Dans le cas contraire, qui s’en occupera?

C’est l’une des raisons qui me poussent le plus parce que ma fille avait au moins un petit frère ou une petite soeur. Quand je pense qu’un jour mes parents ne seront pas là et que ce sera difficile, cela me réconforte toujours de penser qu’au moins j’ai un frère et que nous nous soutiendrons mutuellement. Et je veux qu’elle ait quelqu’un comme ça dans sa vie aussi.

Pouvons-nous nous le permettre?

Si l’économie familiale souffre déjà à la naissance du premier enfant, il s’agit d’une dépense importante, qui se multiplie par deux. Il est vrai qu’au début, vous pouvez « hériter » de beaucoup de choses dès le début, mais plus tard, il y aura beaucoup de dépenses en double et vous devrez « boucler la ceinture ».

Est-il éthique d’amener plus d’enfants au monde? Et pas le faire?

C’est ma pensée préférée, car elle résume parfaitement le cacao mental que ma femme et moi avons, alors je vais l’utiliser pour clore. Parce que d’une part, je pense que la surpopulation mondiale est un problème: nous sommes comme un fléau qui dévaste tout et ce que nous pouvons faire pour minimiser notre impact semble correct. D’autre part, le faible taux de natalité en Espagne est également un problème, la population vieillit et nous avons moins d’enfants, ce qui est insoutenable à long terme. Réduire la demande en barreau: qui paiera ma pension si nous n’avons pas d’enfants?

Alors quelle que soit la réponse à la question: Cherchons-nous le second? J’ai le réconfort que toute décision que je prends peut sembler juste.

Quand tu commences avec ta deuxième grossesse, tu te sens coupable parce que tu vas arrêter d’être exclusivement pour ton premier enfant.

Images | Kevin Gent, Steven Libralon, Echo Grid et Joshua Clay.
Chez les bébés et plus | Lorsque vous doutez d’avoir ou non un deuxième enfant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *