Miss Cantine

Cinq accords pour que votre relation survive à l’arrivée des enfants

Dormir peu ou rien, ne pas avoir le temps pour soi ou le couple, moins de sexe qu’avant (ou sexe nul en général), adaptation à de nouveaux rôles et apprendre à être père et mère … Non, devenir parent n’est pas facile et cela peut être un test difficile pour le couple. Dans cette nouvelle étape nous devons parvenir à des accords Si nous ne voulons pas que notre relation souffre. Savez-vous quels sont les principaux points qui peuvent sauver votre relation? Je vous dis les cinq plus pertinents.

Quand un couple vit ensemble, une série de règles est établie explicitement ou implicitement: qui s’occupe des ordures, qui cuisine et quand, comment est le loisir (en couple ou individuellement), etc. L’arrivée d’un nouveau membre de la famille, très petite et que nous aimons beaucoup, entraînera, outre l’amour en abondance, des changements dans nos règlement de couple.

On me demande souvent quels sont les les principales raisons qui peuvent causer une relation de faiblir après la parentalité (et sans paternité, avec les yeux, car les couples sans enfants ont aussi des crises, bien que dans le cas des « nouveaux parents », il y a évidemment des nuances particulières).

Étant donné que chaque couple est un monde, la vérité est qu’il existe certains points, certains problèmes, qui peuvent effectivement déclencher très rapidement l’éclatement du conflit. Les connaître et savoir que nous devons déployer des efforts supplémentaires est un excellent premier pas pour éviter les problèmes futurs. Et cet effort supplémentaire se traduit par le renouvellement des pactes, la conclusion de nouveaux accords et / ou la révision de ce que nous avions.

Je sais que comme cela, il semble que nous devions siéger devant un notaire et le conseil des actionnaires (ou les voisins du bloc) pour discuter de la état nation mais non, la tranquillité, ce n’est pas aussi compliqué que cela puisse paraître.

Des accords qui renforceront votre relation

1. Lignes parentales de base: horaires, discipline, régime …

Celui qui est sans aucun doute la meilleure option pour le bien-être de l’enfant peut être le contraire pour l’autre. La façon dont nous avons été élevés, notre personnalité ou nos bagages sont quelques-uns des facteurs qui déterminent notre idée de la parentalité… et cela peut ne pas correspondre à celui de notre partenaire.

Que faisons-nous alors? La clé ici est: 1) de penser que l’objectif est que notre petit soit génial, 2) que nous avons tous le droit d’avoir nos idées et d’être respecté et 3) que vous soyez un couple, une équipe et, en tant que tel, vous devez agir.

Prendre un papier et dessiner une énorme pyramide: dans la base, placez vos idées ou principes clés, tout ce que vous avez clairement dit que cela doit être ainsi et que pour vous, il est inaliénable. À la prochaine étape de la pyramide, mettez ce qui est important mais … mais pas tellement. Et au sommet, dans le petit piquito ci-dessus, tout ce que vous pensez peut être de la viande de négociation. Etre clair sur notre « inaliénable » et être encore plus clair sur le fait qu’il y a des choses dans lesquelles nous pouvons (et devrions) céder, pour le bien de tous, est le début d’une bonne négociation et donc l’étape fondamentale pour parvenir à des accords.

L’essentiel ici est de ne pas s’accorder sur tous les aspects de la parentalité, mais avoir une base commune et à partir de là, continuons à convenir, ensemble, de quoi et comment il va agir. Bien sûr, faisons-le avant que les situations clés ne se produisent: nous ne voulons pas nous disputer devant l’enfant ni montrer des fissures, n’est-ce pas?

2. Comment agir devant des tiers (amis, famille …)

L’une des sources de stress qui survole le couple qui vient d’avoir un enfant est l’influence ou la pression (ou les deux) exercée par des tiers sur elle. Oui, je parle de grands-parents, d’amis, de voisins … Avec la meilleure des intentions (nous ne penserons pas mal), la famille et les amis nous donneront des indications, nous donneront (ou lanceront) leurs opinions, et si nous ne sommes pas préparés, ils pourront créer Un schisme entre nous.

Est-ce que ma mère a raison ou Ton père t’a encore acheté des bonbons quand je lui ai clairement dit de ne pas le faire.… Méfiez-vous de cela, d’abord parce que nous parlons de la famille directe de notre partenaire, avec ce que nous mettons en place dans une position intermédiaire délicate, et ensuite parce qu’en discutant avec des tiers, en nous positionnant, nous pouvons donner à notre partenaire l’impression d’être coincé ou peu pris en charge.

Que vous soyez ou non d’accord avec ce que votre mère ou votre père a dit, c’est quelque chose que vous devriez parler tous les deux, seul, sans bruit, sans public, sans pression et surtout en vous rappelant à tout moment que vous êtes vraiment une unité, une équipe , les papas.

3. L’espace en couple

Trouver un espace pour nous deux quand nous avons un bébé est plus difficile que de trouver l’Arche Perdue, c’est clair. Mais la réalité est que l’avoir, un peu de temps, quelques heures par semaine, est la clé de la survie du couple.

Les tâches quotidiennes, le bébé et le travail peuvent nous laisser sans énergie ou purement sans temps, mais être bien en couple doit être une de nos priorités, presque autant que de prendre soin de notre bébé, donc une des choses dans laquelle nous allons devoir faire un petit effort, sur lequel nous devrons négocier ce sera précisément ceci: nous organiser pour trouver les lacunes dans lesquelles être deux. petits amis.

4. L’espace personnel

Et la même chose que pour l’espace pour deux se produit avec celui de soi: la maternité, la paternité, est un rôle très absorbant, merveilleux, mais absorbant et nous avons besoin que notre bien-être maintienne un petit espace personnel, un temps pour nous seuls. Parce que, à part papa ou maman, nous sommes des enfants, des amis, des frères, des ouvriers …

L’humeur et l’estime de soi ont besoin de carburant pour être dans un état optimal. Un très bon moyen consiste à se consacrer un peu de temps. Avec 15 minutes par jour on peut jeter, mais si c’est plus, mieux. C’est aussi pas de folie, non? Et de ne rien ressentir de culpabilité: nous ne faisons rien de mal, nous ne sommes pas égoïstes (à moins de le négliger, mais c’est une autre histoire) … Pensez-vous: ne voulez-vous pas que votre enfant soit autonome et ait un bon estime de soi? Eh bien commencer par donner un exemple.

Mais bien sûr, pour cela, nous devons convenir des temps avec notre partenaire, pas pour vous faire payer, pour bien vous organiser et de manière équitable.

5. La répartition des tâches

Oh, la répartition des tâches … C’est certainement l’un des points qui génère le plus de problèmes pour les couples, qu’on ait ou non des enfants. Dans le cas d’être un père au conflit qui peut en soi déclencher qui fait quoi vous devez ajouter le Facteur de bébé:

  • Un enfant a besoin de beaucoup de soins et à tout moment (c’est-à-dire que la demande est forte)
  • Il comporte une composante émotionnelle: Bien qu’elles semblent banales, tout ce qui implique de prendre soin d’un bébé a des implications émotionnelles. Le nettoyage des crottes et la collecte des « poulains » sont recouverts d’un halo d’une grande importance: nous prenons soin de notre bébé, ce sont donc des tâches que nous ne percevons pas comme de simples « devoirs ».

Pour éviter les conflits, trouver cet espace pour nous deux et avoir chacun notre temps en solo, afin de ne pas se sentir surchargés, pour que tout coule à flot, il est primordial de se mettre d’accord et de répartir rationnellement les tâches avec amour et primat. Parce que ce n’est pas une guerre, parce qu’il ne s’agit pas de gagner des batailles: il s’agit d’être bien et d’être (co) responsable.

Point supplémentaire

Il majeur des accords, que nous ne pouvons sauter sous aucun concept, c’est que le respect l’emportera sur tout ce que vous aimez et que vous voulez donc que l’autre se porte bien. Négocier et abandonner ne signifie pas perdre, perdre c’est vouloir rester au-dessus de l’autre, perdre c’est se faire face. Je le répète: mode hors guerre, mode équipe de bienvenue.

Et n’oubliez pas: les discussions (qui ne sont pas négatives en elles-mêmes), les négociations se font toutes seules, toutes les deux, pas devant personne et encore moins devant notre petit. Maintenant S’aimer beaucoup!

Photos: Comme la vie elle-même

Dans Bébés et plus: « Mon partenaire et moi ne sommes pas d’accord »: comment négocier lorsqu’il y a des divergences au sujet de la parentalité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *