Miss Cantine

Quand les nouveau-nés sourient, est-ce juste une réflexion? La science teste ce que disent les livres

Peu de gens peuvent résister à sourire à un nouveau-né et à transmettre des émotions positives telles que la joie et l’intérêt, et plus encore dans le cas des parents pour la première fois. Une étude a révélé que les mères pour la première fois ne regardaient leurs nouveau-nés que 16 heures à 80% du temps et leur souriaient 34% du temps.

Parfois, les nouveau-nés nous sourient même, ce qui crée un moment magique pour les parents que souvent, quelqu’un essaie de ruiner en disant que le sourire du bébé ne peut être réel. Même les livres spécialisés ont tendance à reléguer le sourire des nouveau-nés à un reflet non à une expression authentique de joie et de bonheur, Dans quelle mesure est-ce vrai?

Jusqu’à la seconde moitié du 20e siècle, on pensait que le comportement des nouveau-nés était principalement constitué de réflexes. Les scientifiques ont supposé que les nouveau-nés avaient une capacité limitée à ressentir et à exprimer des émotions et qu’ils n’avaient pas suffisamment d’expérience sociale pour interagir avec leurs soignants.

On pensait même que les nouveau-nés ne pouvaient pas ressentir la douleur de la même manière que les adultes, ce qui signifiait qu’ils étaient parfois soumis à des interventions chirurgicales douloureuses sans anesthésie. Ce ne serait que dans les années 1980 que les professionnels de la santé ont compris que le stress causé par la douleur entraînait des convulsions et des complications du danger mortel.

Les données accumulées au cours des 50 dernières années se sont progressivement accumulées, ce qui suggère que les nouveau-nés n’agissent pas seulement par réflexe et qu’ils sont suffisamment compétents pour réguler activement leur propre humeur. Par exemple, les bébés peuvent s’endormir pour éviter les distractions stressantes ou faire rage et pleurer s’ils ont besoin de stimulation et de plus d’interaction. Ils peuvent également imiter des sourires avec seulement 36 heures de vie et peuvent même tirer des leçons d’expériences antérieures dès le premier jour de leur vie.

La science derrière les sourires

Cependant, quand il s’agit de sentiments comme le bonheur et la joie, nous continuons à nous demander dans quelle mesure les nouveau-nés peuvent être des êtres compétents au niveau social. Jusqu’aux premières années du 21e siècle, il a été signalé que les nouveau-nés ne réagissaient qu’en réponse à des spasmes musculaires, à des érections du pénis, à des mouvements de l’intestin ou de la vessie ou pour aucune raison particulière. La plupart des études et des ouvrages spécialisés (même au 21e siècle) suggèrent toujours que le premier « sourire social » Cela ne se produit qu’après le deuxième mois de la vie.

Et il y avait des données pour le prouver. En 1872, Charles Darwin pensait que les expressions émotionnelles étaient universelles et innées, documentant les premiers vrais sourires de son propre fils à l’âge de 45 jours. Dans ma propre enquête, nous avons répliqué ces observations et, pour cela, nous avons demandé à 957 parents d’observer et d’enregistrer les sourires de leurs enfants. Selon vos réponses, Les premiers « sourires sociaux » de leurs bébés se sont produits en moyenne juste après quatre semaines.

Le sourire angélique: reflet du bébé

Lorsque les chercheurs ont commencé à observer les nouveau-nés, la plupart de leurs résultats initiaux ne différaient pas beaucoup des rapports des parents. Une étude de 1959, dans laquelle les « sourires sociaux » étaient définis comme des sourires où le contact visuel était recherché avant de sourire, concluait qu’aucun des 400 bébés de l’étude n’avait souri pendant la première semaine de la vie. Seulement 11% ont présenté un sourire social à deux semaines de naissance et environ 60% avaient souri de cette façon à trois semaines de vie, alors que presque tout le monde l’avait déjà fait au cours du premier mois.

Il y a des chercheurs qui ne peuvent toujours pas enregistrer des sourires dans les premiers jours et beaucoup de sourires se produisent pendant le sommeil (ils ne sont donc pas liés au monde social). En fait, même les fœtus vus dans l’utérus avec la technologie à ultrasons 4D sourient depuis au moins la 23e semaine de grossesse. Mais d’autres études montrent que les nouveau-nés sourient lors d’occasions spéciales et au plus une fois toutes les quatre minutes dans le cas des bébés d’un jour. La question est maintenant de savoir ce que signifient ces sourires.

Interprétation des données

Il y a longtemps que le sourire des nouveau-nés pourrait indiquer des émotions positives dans une certaine mesure. Il a été noté que les sourires apparaissent pendant les premiers jours de la vie en réponse à des caresses sur la joue ou le ventre. Les nouveau-nés sourient également en réponse aux saveurs sucrées et à certains arômes. Ces résultats ont été publiés il y a plusieurs décennies, alors que les sourires étaient considérés comme de purs réflexes innés, mais les scientifiques de leur époque ne les interprétaient pas comme des émotions, en partie parce que ces types de sourire semblaient différents des sourires sociaux.

Babé souriant à un chercheur du laboratoire. Emese Nagy, Auteur fourni

Les « vrais » sourires (connus sous le nom de « sourires Duchenne » impliquent non seulement le mouvement du muscle principal qui déplace la bouche de côté et vers le haut, mais également les muscles autour des yeux.

On pensait que les sourires des nouveau-nés n’utilisaient que les muscles de la bouche, mais lorsque les scientifiques microanalysaient les mouvements du visage image par image grâce à un système de code spécial, les sourires dès le premier jour étaient plus fréquents. Ils étaient accompagnés de mouvements des joues et des yeux que sans eux.

Depuis lors, de plus en plus d’études suggèrent que les nouveau-nés sourient quand ils sont éveillés et que de tels sourires ressemblent à des sourires sociaux. De plus, lorsque les nouveau-nés sont dans un état d’interaction et qu’ils sont réveillés, ils sourient deux fois plus que lorsqu’ils dorment, ce qui montre que des facteurs sociaux pourraient être impliqués. Non seulement cela, mais les bébés commencent souvent par bouger leurs joues et leurs sourcils avant de sourire, comme s’ils concentraient leur attention sur le visage de la personne qui les soignait. Il est donc tout à fait possible que ces nouveau-nés sourient consciemment.

Les bébés apprennent tôt le pouvoir du sourire. Bien que vos soignants sourient souvent aux nouveau-nés, ce comportement dépendra de l’état du bébé (ils ont moins tendance à sourire lorsque le bébé pleure). En conséquence, les bébés apprennent rapidement à réguler le comportement de leurs parents.

Si un bébé maintient le contact visuel, cligne des yeux et sourit, la mère ou le père rendra probablement le sourire, rendant le sourire digne d’intérêt.

Premier sourire de bébé

Il n’est pas surprenant que des études chez des mères montrent qu’elles sont très affectées par le sourire de leur bébé, même au niveau neurophysiologique. Une étude a mesuré l’activité cérébrale chez les mères utilisant des scanners IRMF et lorsque les mères ont vu leur propre bébé sourire, une activité a été montrée dans les zones du cerveau impliquées dans le traitement des émotions (y compris l’amygdale cérébrale et le système limbique). Les zones dopaminergiques du cerveau, connues sous le nom de système de récompense du cerveau, ont également montré beaucoup d’activité.

Malheureusement, les études sur le comportement du nouveau-né sont encore très rares et nécessitent des analyses complexes pour interpréter la signification d’un comportement donné. Même si plus d’études sont nécessaires, il semble plausible que ces sourires prématurés aient une composante sociale. Pour beaucoup d’entre nous qui travaillons dans ce domaine, il est au moins très clair que ces sourires ne sont certainement pas un reflet.

Auteur: Emese Nagy, chercheur et médecin. Psychologue spécialisée dans les nouveau-nés.

Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation. Vous pouvez lire l’article original ici.

Traduit par Silvestre Urbón

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *