Miss Cantine

« La grossesse des licornes », le projet d’une mère qui transforme la vraie maternité en poésie

Peu d’expériences peuvent être assimilées à devenir une mère. De la nouvelle de savoir que le bébé est en route, la transformation vécue pendant la grossesse et le grand changement de vie qui se produit lorsque les enfants arrivent, est une aventure sans pareil.

C’est pourquoi une écrivaine mère a décidé d’exprimer son expérience de la maternité à travers de courts poèmes, dans lequel il capture les sentiments de milliers de mères et les partage dans un projet intitulé « La grossesse des licornes ». Nous lui avons parlé et partagé un peu son point de vue sur la maternité en tant que mère et écrivain.

Elle s’appelle Laura Torné, elle a 35 ans et elle est la mère d’un garçon de 17 mois, qu’elle appelle habituellement «La Bebestia» et qui est le protagoniste incontesté de son projet. Elle est écrivain et travaille dans une agence de publicité, même si elle nous dit que cette poésie est quelque chose qu’elle avait déjà depuis son enfance:

La première poésie que j’ai écrite était avec 7 ans. Et cela est resté au fond de moi, parce que je le connais par cœur! Un hymne au chagrin. J’ai regardé beaucoup de feuilletons avec ma grand-mère, je suppose qu’ils étaient ma source d’inspiration.

Comme beaucoup de femmes, quand elle est devenue mère, Laura s’est rendu compte qu’il y avait encore beaucoup de choses qui ne nous le disent pas et que la maternité n’est pas vraiment ce rose qui nous attire depuis longtemps. C’est quand il décide de recourir à l’écriture, en catharsis pour exprimer son sentiment sur ce qui lui arrive:

Quand je suis tombée enceinte et que je me suis rendue compte que rien ne se passait comme prévu, j’ai vomi toute ma colère, ma déception et ma peur sous forme de poèmes. Et pendant le post-partum, la même chose m’est arrivée, alors j’ai continué à écrire. Ce n’était pas une idée préconçue, elle est simplement apparue comme une aide personnelle.

Lorsque j’ai rassemblé un certain nombre de poèmes, j’ai pensé qu’il serait peut-être bon de les partager avec le monde, avec d’autres femmes, mères et familles, et j’ai décidé d’ouvrir un compte instagram: @elembarazodelosunicornios. Et mon mari, Martino Pannofino, designer graphique, a été encouragé à les illustrer pour lui donner une touche d’humour et de couleur. Il s’agit donc d’un projet familial auquel nous apportons tous notre grain de sable.

Le nom de son projet saute souvent aux yeux, en particulier à cause de cet air fantasmatique qu’il donne lorsqu’il utilise une créature mythologique comme protagoniste. Laura nous explique pourquoi le choix de ce nom et comment il est lié au fait de devenir mère:

Je suis très fan des licornes et du monde magique qui les entoure. Et justement, l’idée de grossesse semble être enveloppée dans le même monde heureux, idéal et génial. J’ai donc fait une réflexion: que se passerait-il si les licornes tombaient enceintes? Exactement la même chose qui m’est arrivée. Qu’elles feraient face à la réalité et découvriraient une autre maternité beaucoup plus crue et animale.

Dans ses poèmes, nous trouvons divers thèmes et situations que nous vivons en tant que mères, certains avec une touche humoristique, tels que ces moments où nous aspirons à être seuls, mais où nos enfants nous manquent:

Et aussi, quand on allaite et sortir la branlette espagnole devient une chose tellement habituelle, que nous faisons partout:

Mais aussi, Laura dédie certains de ces petits poèmes à questions plus sensibles, telles que la perte de grossesse:

Et aussi, de quelque chose que beaucoup de femmes ont en commun après leur maternité: le sentiment de culpabilité de savoir si nous faisons les choses bien ou mal avec nos enfants.

Laura nous dit qu’en plus de se défouler et de continuer à nourrir sa passion pour l’écriture, cherche à parler davantage de ces moments et situations de « vraie maternité » que nous ne voyons pas toujours:

Ma passion est d’écrire, alors je m’amuse beaucoup, mais mon objectif est avant tout de dire la vérité sur la vraie maternité. Dites aux autres mères qu’elles ne sont pas seules, que rien n’est facile, que cela arrive à beaucoup d’entre nous, que cette maternité n’est pas aussi rose qu’elles le décrivent.

Je lui ai demandé s’il y avait un problème particulier de maternité qu’il avait du mal à écrire, parce que, comme nous le savons, il y a des étapes qui peuvent être très compliquées, telles que post-partum:

Les premiers jours qui ont suivi l’accouchement, au bout d’un moment, j’ai ressenti un certain rejet envers mon fils. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait et je voulais juste pleurer ou dormir ou l’éloigner. Et lorsque j’ai commencé à écrire sur ce sujet, même si j’avais déjà quitté le terrifiant post-partum et ce sentiment dévastateur, le souvenir m’est revenu sous forme de chagrin. Et ça fait mal. C’est triste de ne pas pouvoir profiter, comme les autres personnes de votre entourage, d’un moment aussi beau que celui de l’arrivée d’un enfant.

En général, Laura est une mère comme toutes les autres, qui jouit de la maternité tous les jours mais qui rencontre des centaines de doutes, craintes et craintes, même si au final tout se passe bien grâce à notre principale motivation, nos enfants:

Je pense qu’être une mère est la chose la plus difficile d’être une mère. Personne ne vous prépare pour cela, peu importe combien vous lisez, assistez à des cours prépayés ou sentez-vous physiquement et mentalement. Et facile il n’y a rien. Chaque nouvelle chose est un défi. Même le vouloir follement est difficile au début, quand vous êtes douloureux, mort de sommeil et d’hormones folles. Quel dommage … Maintenant, je le veux grandement!

Enfin, nous lui avons demandé de donner des conseils ou des commentaires aux autres mères qui le lisent et qui se sentent identifiées aux expériences de maternité qu’il capture dans ses poèmes:

Comme je le dis toujours, rien n’est aussi rose qu’ils le peignent, mais pas aussi noir qu’il n’y paraît. Parce que tout se passe et que des moments incroyables arrivent. La maternité vous rend folle, de manière négative et positive, car être une mère est une folie merveilleuse. Et s’ils lisent ceci et ne le croient pas, de temps en temps, mot. En voici un qui a traversé la même chose et je suis vivant et HEUREUX.

Vous pouvez lire plus que les poèmes sur la maternité que Laura écrit (et partage votre histoire) sur son compte Instagram: La grossesse des licornes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *