Miss Cantine

Le vrai problème de partager la vie de vos enfants sur les réseaux

Dans un article publié récemment dans le Washington Post, une mère a expliqué sa décision de continuer à écrire des articles et des articles sur son blog à propos de sa fille, même après que celle-ci se soit plainte. L’auteur a déclaré que même si elle se sentait mal, « je n’avais pas fini d’explorer ma maternité dans mes écrits ».

Un des commentaires critiquait le type de parents en tant qu’auteur de l’article qui « transformait les drames quotidiens de leur famille en contenu », tandis qu’un autre commentait que l’article de la femme mettait en lumière le « débat continu et fastidieux entre les parents. à l’ère d’Instagram: Ce que nous publions maintenant dans les réseaux va mortifier nos enfants à l’avenir? »

Ces questions sont légitimes et j’ai publié une étude sur la nécessité pour les parents protéger la vie privée de vos enfants en ligne. Je suis d’accord avec ceux qui reprochent à l’auteur de ne pas avoir tenu compte des préoccupations de sa propre fille.

Cependant, je pense que la critique générale des parents et de leur utilisation des réseaux sociaux n’est pas entièrement justifiée.

J’étudie ce sujet (également connu en anglais sous le nom de « sharenting ») depuis six ans et il est très courant de voir comment l’opinion publique tente de mettre les parents contre leurs enfants. Selon les critiques, les parents ont une attitude narcissique lorsqu’ils parlent de leurs enfants sur Internet et publient leurs photos sur les réseaux, car ils n’hésitent pas à envahir la vie privée de leurs enfants face aux changements d’attention et à la validation de leurs droits. amitiés Ou du moins en théorie.

Cependant, cette approche «parents contre enfants» nous fait oublier un problème majeur: les intérêts économiques des réseaux sociaux qui utilisent les utilisateurs à leur avantage.

Une impulsion naturelle

Malgré les discours houleux provoqués par les publications des parents sur les réseaux, ce n’est pas nouveau. Les gens enregistrent leurs minuties dans des journaux et des albums depuis des siècles. Il existe des livres spéciaux où les parents sont encouragés à enregistrer toutes sortes d’informations sur leurs enfants.

Lee Humphreys, expert en communication, estime que la volonté des parents de documenter et de partager des informations sur les enfants est une forme de « fichiers multimédias ». Tout au long de leur vie, les gens ont des rôles différents (fils, partenaire, père, ami, collègue) et, selon Humphreys, une façon de jouer ces rôles est de: les documenter. Quand les gens retrouvent les vestiges du passé, ils peuvent créer une image de leur personne en construisant une biographie cohérente qui leur donne un sentiment de connexion avec les autres.

Partager des photos de vos enfants est humain. pxhere

Si vous avez déjà consulté un ancien annuaire d’école, des photos de voyage d’un grand-père ou le journal d’un personnage historique, vous avez simplement enquêté sur un enregistrement multimédia de votre temps, au cours duquel vous vous êtes consacré à la visualisation du profil. de Facebook d’une personne. Les réseaux sociaux peuvent être un phénomène récent, mais documenter les événements quotidiens est millénaire.

Écrire sur la vie de famille peut aider les parents à s’exprimer de manière créative et à se connecter avec d’autres parents. Les comptes de médias sociaux peuvent également aider les gens à comprendre votre rôle en tant que parents, depuis qu’être père et se voir comme père implique de parler et d’écrire sur ses enfants.

Le capitalisme vigilant apparaît sur la scène

En clair, pourquoi demander aux parents de ne plus parler de leurs enfants sur les réseaux et de télécharger des photos peut être un défi: documenter ce qui nous arrive est un élément central de la vie sociale des gens et ce depuis ça fait longtemps.

Mais le fait que les parents le fassent via des blogs et des réseaux sociaux pose des problèmes concrets. Les albums de photos de famille que nous avons à la maison ne transmettent pas de données numériques et ne sont visibles que lorsque nous décidons de les montrer à quelqu’un, tandis que les photos Instagram se trouvent sur des serveurs appartenant à Facebook et sont visibles par toute personne qui fait défiler votre profil.

Qu’y a-t-il derrière les mères qui partagent plus de photos de leurs enfants sur Facebook?

Les opinions des enfants importent et si un enfant s’oppose catégoriquement à ce que ses photos soient partagées, les parents peuvent toujours envisager l’utilisation de journaux intimes en papier ou d’albums photo analogiques. Les parents peuvent également prendre d’autres mesures pour garantir la vie privée de leurs enfants, par exemple en utilisant un pseudonyme pour leurs enfants ou en leur donnant un droit de veto sur le contenu.

Cependant, les discussions sur la confidentialité et la manière dont les parents partagent le contenu relatif à leurs enfants sont souvent centrées sur les personnes pouvant en voir le contenu et on ignore souvent ce que les entreprises font des entreprises avec ces données.

Les réseaux sociaux n’ont pas incité les parents à documenter certaines parties de leur vie, mais ils ont profondément modifié leur façon de procéder.

Contrairement aux journaux, aux albums photo et aux vidéos personnelles d’antan, les blogs, les photos Instagram et les vidéos YouTube sont hébergés sur des plateformes appartenant à des entreprises et ils peuvent devenir visibles pour beaucoup plus de personnes que la plupart des parents ne le réalisent ou ne le souhaitent.

Le problème n’est pas tant les parents mais plates-formes de médias sociaux, puisqu’ils sont de plus en plus basés sur des termes économiques, ce que l’expert en affaires Shoshana Zuboff appelle « le capitalisme de surveillance ». Ces plates-formes produisent des biens et des services conçus pour collecter d’énormes quantités de données auprès d’individus, les analyser pour en dégager les tendances et les utiliser pour influencer le comportement des individus.

Ce ne doit pas être comme ça. Dans son livre sur la manière dont nous enregistrons ce qui nous arrive dans différents médias, Humphreys mentionne qu’à ses débuts, Kodak était la seule entreprise à avoir dévoilé les moulins de ses clients.

« Bien que Kodak ait traité des millions de photos de ses clients », écrit Humphreys, « il n’a pas partagé cette information avec ses sponsors en échange d’un accès à ses clients. En d’autres termes, Kodak n’a pas converti ses clients en produits. »

C’est précisément ce que font les plateformes de médias sociaux. Les publications sur les médias sociaux expliquent aux parents comment est leur enfant, à sa naissance, ce qu’il aime faire, quand il atteint certains stades de développement, etc. Ces plateformes suivent un modèle commercial basé sur la connaissance des utilisateurs (peut-être plus profondément que ce qu’elles se connaissent) et sur l’utilisation de cette connaissance pour leurs propres objectifs.

Dans ce contexte, le problème n’est pas que les parents parlent de leurs enfants sur Internet, mais que les lieux où les parents passent leur temps connecté sont la propriété d’entreprises qui veulent avoir accès à tous les aspects de notre vie.

À mon avis, c’est le problème de la vie privée que nous devrions résoudre.

Auteur: Priya C. Kumar, étudiant au doctorat en sciences de l’information, Université du Maryland

Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation. Vous pouvez lire l’article original ici.

Traduit par Silvestre Urbón

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *