Miss Cantine

La lettre qu’une jeune fille de 13 ans a écrite après les insultes machistes reçues par sa façon de s’habiller vous fera réfléchir

« 4 juin 2018 et il y a encore des machismos ». C’est avec cette phrase si convaincante que commence l’allégation de Jana, une fillette de 13 ans qui fait réfléchir tout le monde avec une expérience vécue à la première personne, ce qui démontre une fois de plus que la société continue pleine de préjugés machistes.

Jana est allée à l’institut vêtue d’une chemise et d’un short, mais les insultes qu’elle a reçues pour sa robe, loin d’être lâche, lui ont fait comprendre qu’il y avait encore beaucoup à faire pour atteindre l’égalité. Ses mots, partagés par son père sur son compte Facebook, sont rapidement devenus viraux.

C’est le texte que Miquel Àngel Barrios a partagé sur son profil Facebook, accompagné d’une photo de la robe de sa fille, pour laquelle il a été cruellement attaqué à l’institut.

Le machisme en société

La lettre de Jana commence par faire référence au nombre de préjugés et de commentaires machistes qui existent encore aujourd’hui. Ils continuent à soutenir les femmes. Des commentaires tellement enracinés qu’ils risquent souvent de passer inaperçus, mais cela constitue une autre forme de violence.

« Le 4 juin 2018 et il y a encore des machismos. Aujourd’hui, j’ai décidé d’aller à l’institut, je porterais l’une de mes chemises préférées. Celle qui laissait un petit bout de mon ventre exposée. J’ai aussi mis un short. 13 ans et plus Les commentaires que j’ai reçus ont été:

« Pourquoi es-tu si salope? N’enseins-tu pas trop? A mon avis, tu ne devrais pas être habillé comme ça. Est-ce que ta mère sait que tu es vêtue comme ça au lycée? Et, à part ça, j’ai dû supporter une chaise écrit: salope  »

Je répète: aujourd’hui, le 4 juin 2018 et parce que je suis une femme et que j’aime m’habiller comme j’aime s’habiller, j’ai reçu des insultes et j’ai été traitée comme «GUARRA» et «PUTA».

Le rôle des femmes dans la lutte pour l’égalité

La fille continue sa réflexion en repensant à propos de le rôle des femmes dans la lutte contre les inégalités et le machisme. Car s’il est vrai que les femmes se battent depuis des années, ce n’est pas moins que parfois, certaines attitudes et commentaires machistes sont tellement présents dans la société que ce sont les femmes elles-mêmes qui les reproduisent contre d’autres.

« Tous les commentaires que je décris ont été de FEMMES. Je me demande:

N’avons-nous pas été les premiers à porter une cravate violette le 8 mars?

Ne sommes-nous pas les premiers à défendre les femmes?

Ne sommes-nous pas ceux qui sont contre le machisme et luttons pour une véritable égalité?

Ne sommes-nous pas ceux qui se sont battus pour une société sans différence de sexe? « 

« Le machisme n’est pas réservé à un homme: frapper, violer ou abuser verbalement d’une femme. Le machisme, c’est aussi recevoir des insultes pour la mesure de votre tenue et pour avoir été jugé sur la quantité de viande que vous enseignez selon l’opinion des autres femmes. Et oui, vous êtes les bourreaux, ceux de la cravate en lilas du 8 mars, beaucoup d’entre vous qui criaient presque sans voix crier contre le machisme. « 

« La société ne progresse ni ne régresse si nous nous jugeons entre nous et les femmes que nous continuons d’essayer de prostituer pour avoir été avec plus d’un garçon et nous gardons le silence qu’elles ont fait de même. Pour qu’une société soit également vraie, les premiers que nous devrions nous défendre sont nous-mêmes.« .

L’importance de l’éducation

Et finalement, Jana donne à chacun une grande leçon de respect et d’empathie encourager les filles qui l’ont critiquée à ouvrir son esprit, à accepter les autres et à lutter ensemble pour l’égalité.

Il reconnaît également que grâce à l’éducation que vous avez reçue à la maison, comprenez que toutes les femmes sont égales et méritent le même respect, quels que soient leur habillement ou leurs goûts.

« J’ai commenté à la maison. Je suis très calme parce que je sais qui sont mes amis et qui sont les personnes qui m’aiment vraiment. Je ne cesserai d’être ce que je suis à cause des filles impolies et des entendeurs qui ne savent que s’ouvrir la bouche pour se moquer de moi par comment vu. « 

« Si bien que tu me traites comme un golfa, salope ou fraîche. Je sais qui et comment je suis. Je te traiterais comme si tu étais un animal pour ne pas savoir comment respecter les gens de ton sexe. Je suis désolé pour vous parce que pour être fort, vous devez insulter les gens pour leur façon de s’habiller. Et en groupe, bien sûr. Parce que c’est seulement dans un groupe que tu es fort. « 

« Je suis aussi féminine que toi, même si j’ai le nez comme je m’habille comme d’habitude. Et le jour où tu seras plus courte que d’habitude, n’attends aucune insulte de ma part. Apprenez à traiter les gens pour qui et comment ils sont, jamais pour ce qu’ils paraissent. Celui qui décide d’enseigner le ventre ne cherche pas toujours à créer davantage de liens et que si quelqu’un choisit de montrer le cul, cela ne veut pas dire qu’il veut être touché. « 

« J’ai entendu des milliers de fois insultes et bêtises envers les femmes dans leurs vêtements, qu’ils soient courts ou courts. Mes vêtements sont aussi courts que votre mentalité et si vous n’acceptez toujours pas que les femmes puissent s’habiller à leur guise, vous pouvez retourner à la L’âge de pierre où il semble que vous soyez sorti. Vous êtes le machisme contre lequel nous nous battons« .

« Nous sommes au 21ème siècle et il semble que nous sommes dans la préhistoire, en traitant les femmes comme des objets et tout pour quelque chose d’aussi simple et personnel que la façon de s’habiller. Je ne vous juge pas à la façon dont vous vous habillez et je n’ai jamais commenté quoi et combien vous enseignez, vous savez pourquoi? Je vous respecte en tant qu’être humain et surtout en tant que femme. Parce qu’ils m’ont appris à la maison que personne n’est plus ou moins une femme parce qu’ils sont plus ou moins dissimulés. Que notre féminité ne dépende pas de notre vêtement; seulement de nos sentiments et je ne suis ni plus ni moins femme à vous dire. Pour moi, être une femme signifie ne pas juger les autres femmes pour être comme elles sont. « 

« Nous sommes toutes des femmes et nous devrions tous nous respecter »

« Vos paroles m’ont fait réfléchir sur qui je suis en tant que femme et j’ai aussi réfléchi à qui vous êtes. En tant qu’amis, en tant que personnes et, surtout, en tant que femmes. Vous représentez tout ce que je ne veux pas être et ce que je lutte. Maintenant, peut-être , à vous de réfléchir sur vous-même.  »

Avec cette réflexion, nous voyons à nouveau l’importance d’éduquer nos enfants à l’égalité, car ils sont jeunes, évite les stéréotypes de genre, laissez-les exprimer librement leurs émotions et prenez grand soin de notre discours.

Mais nous devons non seulement mettre l’accent sur l’éducation de nos fils en toute égalité, mais aussi sur nos filles, car nous avons déjà constaté que, selon certaines études, les filles qui grandissent dans un modèle familial égalitaire et dans un environnement non sexiste, montrent des intérêts plus larges et moins stéréotypés.

Comme on dit toujours, le changement est en nous; chez les parents Aidons nos fils et nos filles à grandir heureux, libres et sans préjugés. Parions sur une société égalitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *