Miss Cantine

La clé de notre humanité ne réside pas dans la génétique, mais dans la microbiologie

Les fantasmes de perfectionner l’homme par le biais de la génétique ont récemment été relancés avec l’annonce du scientifique chinois qui aurait créé le premier « bébé CRISPR », du nom de la technique utilisée pour modifier l’ADN d’embryons.

Alors que d’importants dilemmes éthiques et normatifs sont en jeu, nous craignons que cette technologie ne nous mène à un monde dystopique tel que celui décrit dans le film « Gattaca est sans fondement. En fait, si le film était refait aujourd’hui, il serait probablement plutôt, une histoire à propos du gouvernement qui prescrit l’utilisation de probiotiques et une alimentation saine.

L’eugénisme est basé sur l’idée que l’humanité peut être perfectionnée grâce à la manipulation génétique. Au cours de l’histoire, différentes politiques eugéniques ont imposé des restrictions au mariage et à l’immigration, justifié l’esclavage et la stérilisation forcée et nous ont même conduits à l’Holocauste.

En tant que médecin de recherche spécialisé dans les allergies J’ai commencé à m’intéresser à l’eugénisme pas en relation avec la couleur de la peau d’une personne, mais avec des éruptions cutanées. Les chercheurs les plus éminents dans le domaine de l’eczéma étaient convaincus que la plupart des cas étaient déterminés par des séquences génétiques fixes, ce qui est vrai à de nombreuses occasions. Cependant, à l’instar des études précédentes sur l’intelligence et le comportement criminel, les recherches sur la génétique de l’eczéma ont été bien inférieures aux prévisions des techniques du XVe siècle.

Il est vrai que la fascination générale sur ce sujet est compréhensible. Il y a de plus en plus de déclarations pseudoscientifiques à la télévision sur la façon dont votre ADN peut révéler, par exemple, que vous avez 12,4% d’Italien, 3,1% de Néandertal et 1/512 Amérindien. Spoiler: ne peut pas. Il existe de nombreux m = top « > magazines, podcasts et journaux renommés qui ont suscité l’affirmation discréditée selon laquelle l’intelligence est marquée par notre code génétique.

En fait, les études génétiques censées expliquer au moins 80% du génie n’en ont expliqué que 5%, ce qui signifie que vos gènes, au mieux, ont moins d’impact sur vos résultats. Un test d’intelligence pour passer une bonne nuit de sommeil. Cependant, les incompréhensions contemporaines sur la manière dont les traits complexes sont transmis causent non seulement des charlatans et des racistes dans notre société, mais également une telle ignorance qui nous fait oublier de bonnes occasions d’améliorer notre santé et de traiter les maladies.

D’où viennent des idées comme le «gène de l’intelligence»?

La plupart des idées sur les «gènes qui définissent» les traits complexes proviennent d’études sur des jumeaux qui ont supposé que les jumeaux et les jumeaux n’étaient différenciés que par la quantité d’ADN partagé. Mais les chercheurs n’ont pas réalisé, ou volontairement ignoré, que leur environnement avait également beaucoup d’influence dans le cas de jumeaux identiques. Parce que les jumeaux identiques sont plus susceptibles de s’habiller de la même manière et d’être confondus, ils forment plutôt une identité partagée.

Par conséquent, les jumeaux identiques ont plus de chances de partager les mêmes loisirs, de manger les mêmes aliments et d’avoir les mêmes cercles sociaux que les jumeaux. Les recherches les plus récentes montrent que ces différences sont plus psychologiques que biologiques. De plus, comme des jumeaux identiques partagent le même sac amniotique dans l’utérus, leurs expositions environnementales sont également plus similaires au niveau biologique que dans le cas des jumeaux. C’est pourquoi les chercheurs qui affirment que les données des études sur les jumeaux représentent ce qui se passe en génétique sont, au mieux, mal informé.

Une étude révèle que l’alimentation des bébés influence le métabolisme de leurs bactéries intestinales

Quelle est la version moderne des traits héréditaires?

Bien que cela semble contradictoire, le fait qu’un changement puisse aggraver la fonction d’un gène ne signifie pas qu’un changement différent puisse l’améliorer. Lorsque les scientifiques disent qu’un gène « contribue à l’intelligence », ils font référence à des situations dans lesquelles des mutations dans le gène entraînent une perte de l’intelligence ou un retard du développement cognitif. Ils n’impliquent pas qu’une version spéciale du gène puisse garantir un diplôme universitaire.

L’amélioration des fonctions des gènes est généralement obtenue par des modifications épigénétiques: indicateurs chimiques qui adhèrent à l’ADN mais ne modifient pas le code génétique. Si les gènes étaient des mots, des phrases et des paragraphes, l’épigénétique serait la cadence, l’accentuation et la diction. C’est comme la différence entre un hameau joué par Gilbert Gottfried et Benedict Cumberbatch. Bien que les changements épigénétiques puissent être transmis des parents aux enfants, ils peuvent également être modifiés par le stress, l’alimentation, l’environnement et le comportement. Donc, Je crois que la modification de l’environnement, et non de la technologie CRISPR, serait nécessaire pour améliorer la grande majorité des fonctions génétiques.

Il existe de nombreux autres facteurs qui influencent la bonne santé au-delà des gènes.

Une autre façon d’hériter de certains traits

Il y a un facteur qui influence les traits héréditaires et auquel on a accordé plus d’attention ces derniers temps: le microbiome. Ce terme désigne tous les micro-organismes (bactéries, champignons et virus) qui coexistent pacifiquement dans notre corps.

D’un point de vue génétique, votre corps contient probablement cent fois plus de gènes microbiens que de gènes humains, et la science moderne suggère que le microbiome pourrait être directement impliqué dans des maladies allant de l’autisme à l’obésité. L’influence microbienne peut être transmise de la mère à l’enfant pendant et éventuellement avant la naissance, mais reste partiellement sensible à l’alimentation et à l’environnement à l’âge adulte.

On sait que les microbes intestinaux jouent un rôle dans la santé mentale.

Le microbiome peut même influencer votre épigénétique. La science vient tout juste de commencer à exploiter le potentiel des traitements microbiens pour lutter contre les maladies. Semblables à notre traitement expérimental pour lutter contre l’eczéma, des thérapies à base de bactéries vivantes sont en cours de développement pour traiter les allergies alimentaires, la dépression et l’anxiété, les maladies cardiaques et certains types de cancer. À mesure que les scientifiques découvrent quelles souches de microbes sont les plus efficaces, ces traitements devraient devenir encore plus puissants.

Posons-le comme suit: le président actuel des États-Unis et l’ancien président se partagent 99,9% de sa séquence génétique, bien qu’ils soient légèrement différents de plus de 0,1%. En tant que tels, les scientifiques modernes n’ont pas peur des idées basées sur l’eugénisme, car elles sont controversées. mais ils les rejettent parce que « Gattaca » et La courbe de la cloche sont des films qui, pour la génétique, ont la même importance que Terre plate pour l’astrophysique.

La science vient tout juste de commencer à exploiter le potentiel des traitements microbiens pour lutter contre les maladies.

Bien qu’une thérapie génique réalisée correctement puisse constituer un réel espoir de guérison des maladies génétiques rares, ses limites n’atteignent pas la science-fiction. Par exemple, l’alimentation d’un type spécifique de bactéries chez les souris améliorait considérablement leur mémoire, tandis que la génomique ne trouvait aucun gène capable de faire de même. Ceux qui sont obsédés par la lignée personnelle et les néo-eugénistes peuvent nier le fait que les gens sont davantage le produit de leurs expériences que de leur patrimoine génétique, mais peut-être que leurs mères ne les ont pas nourris au sein suffisamment longtemps.

Auteur: Ian Myles. Chef, Unité de thérapie épithéliale, Institut national des allergies et des maladies infectieuses

Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation. Vous pouvez lire l’article original ici.

Traduit par Silvestre Urbón

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *