Miss Cantine

La moitié des troubles mentaux commencent avant l’âge de 14 ans: les clés pour prévenir et identifier ces problèmes

Selon les données de l’OMS, les problèmes de santé mentale affectent plus de 300 millions de personnes dans le monde et la moitié de ces troubles commencent avant l’âge de 14 ans.

C’est pourquoi, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale que nous célébrons aujourd’hui, l’OMS a voulu mettre l’accent sur l’importance de la prévenir l’apparition de maladies mentales à l’adolescence, ainsi que fournir un soutien à ceux qui en souffrent et à leurs familles.

L’adolescence, une étape de grande vulnérabilité

L’adolescence est une période de maturation biologique qui se situe approximativement entre 12 et 17 ans. Au cours de cette phase, l’enfant commence à expérimenter une série de changements physiques, il doit commencer à assumer des responsabilités importantes et sa vie est généralement influencée par divers facteurs (environnementaux, culturels, sociaux, etc.).

Pour beaucoup, c’est une période passionnante, mais tant de changements peuvent également mettre beaucoup de stress sur l’adolescent.

Comme il fallait s’y attendre, l’OMS met en garde que si ces sentiments de stress ou d’anxiété ne sont pas reconnus à temps ni maîtrisés, ils pourraient finissent par mener à la maladie mentale, la dépression étant l’un des troubles qui affecte le plus cette étape de la vie.

La moitié des maladies mentales commencent avant l’âge de 14 ans et, selon les données de l’Association espagnole de pédiatrie, entre 15 et 18 ans, il est deux fois plus fréquent chez les filles que chez les garçons.

En outre, les experts avertissent que les troubles mentaux sont souvent liés à une consommation élevée d’alcool, de tabac et de drogues, à une grossesse chez les adolescentes, au décrochage scolaire et à des comportements criminels, susceptibles de mettre en danger la vie des personnes.

Qu’est-ce qui peut causer une dépression chez l’adolescent?

Le Les causes pouvant être à l’origine d’une dépression pendant l’adolescence ne sont pas toujours claires, mais l’AEPap énumère les raisons de risque suivantes:

  • Conflits dans l’environnement, en particulier lorsqu’ils se produisent successivement.

  • Décès ou maladie physique et mentale de proches ou de proches.

  • Affrontements avec les parents, divorces contradictoires, abus …

  • Situations de besoin économique.

  • Les maladies physiques qui produisent des handicaps et d’autres maladies mentales (anxiété, phobies, troubles de l’alimentation, toxicomanies …).

  • Problèmes dans l’environnement social et universitaire: échec scolaire, intimidation et cyberintimidation, ruptures émotionnelles, isolement …

Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, L’OMS a mis un accent particulier sur l’utilisation abusive des technologies par les adolescents, ce qui peut générer des tensions et des dépendances supplémentaires.

Accroché au mobile: comment savoir si mon fils adolescent est accro aux nouvelles technologies

Comment savoir si mon enfant a une dépression?

Tout problème ou toute aversion dans la vie d’une personne peut entraîner un sentiment de tristesse ou d’abattement qui n’implique pas nécessairement une dépression. Mais si les signes que montrent nos enfants apparaissent tous ensemble ou presque tous les jours, il est très important de prendre des mesures urgentes:

  • Votre humeur tout au long de la journée est triste ou en colère.

  • Arrête de faire des choses cela le rendait heureux auparavant.

  • Commence à avoir des troubles du sommeil et de l’alimentation, à la fois par excès et par défaut.

  • Souvent est fatigué, fatigué et incapable de faire des tâches simples et quotidiennes.

  • Il est isolé de la famille et des amis et il n’aime pas la compagnie ou les activités avec eux.

  • A maux ou douleurs fréquemment (maux de tête, maux d’estomac …)

  • Difficulté à penser, concentrez-vous et prenez des décisions. De même, il est fréquent que dans l’école, ses résultats scolaires diminuent.

  • Faible estime de soi, culpabilité, pensées récurrentes au sujet de la mort ou du suicide …

En cas de détection de ces symptômes chez nos enfants, les experts conseillent de parler avec eux pour tenter d’identifier le problème ou la situation qui les cause de la dépression. En outre, il est essentiel de consulter un pédiatre ou un médecin de famille dès que possible pour obtenir des conseils sur la manière de procéder.

Parfois, c’est le pédiatre lui-même qui identifie ces symptômes pour la première fois. Et c’est que la proximité avec les enfants et leurs familles depuis leur naissance, ainsi que le degré de connaissance et de confiance qu’ils ont avec les patients, en font des personnes idéales pour la détection précoce d’un problème de santé mentale.

Il est essentiel de diagnostiquer tôt tout trouble mental, de mettre en place un traitement approprié et d’éviter qu’il ne dégénère en problèmes plus graves.

L’éducation infantile aide à prévenir les problèmes futurs

Il y a un consensus croissant sur le fait qu’un Un développement sain pendant l’enfance contribue à une bonne santé mentale pendant l’adolescenceet aide à prévenir les problèmes de comportement, l’anxiété, la dépression et d’autres troubles.

« Nous devons nous placer derrière nos enfants adolescents pour les aider à décoller », a-t-on discuté avec Josep López Romero

Pendant l’enfance, les parents nous devons mener à bien une éducation positiveet une éducation basée sur l’amour, le respect et l’empathie. En outre, il est essentiel de donner à nos enfants un bon exemple de nos actions, d’encourager la communication et une écoute active, et de toujours compter sur eux et sur leurs possibilités.
Mais cette éducation doit continuer pendant l’adolescence et continuer à renforcer notre lien avec eux.

Les enseignants jouent également un rôle fondamental dans l’éducation car ils contribuent à enseigner aux enfants et aux adolescents créer des compétences qui les aident à faire face aux défis cela se retrouvera tous les jours à la maison et à l’école.

En outre, les experts insistent sur l’importance de mener d’autres actions parallèles et nécessaires, telles que l’éducation à l’utilisation responsable des technologies et à l’instauration de modes de vie sains (comme bien manger, bien se reposer et faire de l’exercice). physique), et le pratique d’activités familiales qui favorisent la communication et la confiance avec nos enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *