Miss Cantine

Les frais de scolarité prévus par le gouvernement

Il y a quelques jours, la Confédération espagnole des associations de pères et mères d’élèves (CEAPA) a présenté un rapport qui montrait la violation par la plupart des écoles ayant adhéré à la loi organique du droit à l’éducation, à l’adresse suivante: forcer les familles à payer des frais excessifs, bien que l’éducation qu’ils dispensent soit subventionnée par le gouvernement.

Comme on peut le lire à El País, la ministre de l’Éducation, Isabel Celaá, a fait remarquer que, si les écoles privées peuvent fixer les frais de scolarité qu’elles jugent appropriés, les concertées sont financées. « strictement » par l’administration, donc ont prévenu que tout recouvrement de taxes irrégulier serait analysé.

96% de ceux qui ont accepté de percevoir des frais, certains excessifs

En juin dernier, CEAPA a mené une étude sur les prix de 137 écoles en Espagne et analysé les transparence dans la communication aux familles Ils voulaient scolariser leurs enfants dans ces centres.

Le rapport contient des preuves documentaires et testimoniales, telles que des reçus et du matériel commercial que les écoles donnent aux familles lorsqu’elles viennent demander des informations, et qui prouvent la validité des données obtenues.

Les données obtenues ont montré que 96,36% des écoles interrogées facturent des frais aux familles, les frais de scolarité étant les plus élevés pour la communauté autonome de Catalogne.

Le paiement mensuel moyen requis aux parents qui emmènent leurs enfants dans une école concertée c’est 159 euros, même si en Catalogne, il est de 249 euros et dans certains cas, la barre des 400 euros est même dépassée.

Pour sa part, dans la Communauté de Madrid, 100% des écoles agréées exigent cette redevance, qui a augmenté de neuf euros par mois par rapport à l’année précédente, se situant en moyenne à 157 euros, voire dépassant parfois la barrière des 200 euros

Etude des prix des écoles arrangées par CEAPA

Et pour quoi, ces frais sont-ils facturés?

Conformément à l’article 14 du décret royal 2377/1985 portant approbation du règlement sur les normes de base relatives aux concerts éducatifs.

Le concert éducatif oblige le propriétaire du centre privé à donner des enseignements de concert gratuits conformément aux programmes et programmes correspondants et dans le respect des normes de coordination en vigueur.

Ainsi, il convient de demander: si l’éducation des écoles concertées est subventionnée par le gouvernement, Quels sont ces frais facturés aux familles?

Selon le rapport, ce paiement est requis sous deux coupures:

  • Activités complémentaires: certaines écoles les justifient en argumentant pour les heures supplémentaires qu’elles consacrent aux écoles publiques (telles que les leçons de piscine, les ateliers de lecture, plus d’heures de cours d’anglais, etc.), et d’autres fois sur lesquelles elles comptent les services supplémentaires proposés (orthophoniste, professeurs de renforcement, activités psychomotrices, etc.).

  • Contribution volontaire: Il s’agit de l’argument le plus répandu et fait référence à la subvention insuffisante reçue de l’Administration et à la nécessité de payer pour leurs installations ou la multitude de services qu’elles offrent.

Le CEAPA a également dénoncé le développement croissant de ces écoles. création de fondations liées à son activité. De cette manière, il est demandé aux familles que le paiement des frais de scolarité soi-disant volontaires soit effectué par la fondation comme s’il s’agissait d’un don, de sorte que le contrôle de ce financement est encore plus compliqué.

Cependant, jusqu’à 26% des écoles étudiées n’expliquent pas en détail le montant de ces frais, expliquant simplement qu’il s’agit d’une contribution obligatoire que les familles doivent verser si elles souhaitent y emmener leurs enfants.

Mais cette taxe n’est pas obligatoire

Mais bien que de nombreuses écoles exigent des parents l’obligation de payer ces frais, la vérité est que leur paiement n’est pas payé et que les familles doivent être informées de leur nature volontaire.

Cependant, l’étude a révélé un manque absolu de transparence avec les parents de ces centres, en cachant non seulement le caractère non obligatoire des frais, mais également le contenu des activités de paiement ou l’heure exacte où ils sont enseignés.

13 aspects à garder à l’esprit lors du choix d’une école pour vos enfants

Voici ce que dit la loi susmentionnée à l’article 15:

« Le Les activités scolaires et de service complémentaires des écoles seront volontaires, ils ne seront pas discriminatoires pour les étudiants, ils ne pourront pas faire partie du programme d’enseignement et ne seront pas lucratifs « .

Toutefois, si les parents revendiquent le droit de faire bénéficier leur enfant d’une éducation gratuite et subventionnée et décident de ne pas payer le « droit de base » exigé par l’école, La famille est généralement confrontée à des problèmes d’exclusion.

Selon le rapport, 21% des centres ayant fait l’objet d’une enquête excluent l’étudiant en raison du non-paiement des frais de base mensuels, obligeant les familles à venir le chercher pour qu’il ne participe pas aux activités ou à le placer dans une autre classe avec ou sans attention.

Dans certaines écoles, la cantine scolaire fait partie de ce paiement obligatoire, en faisant allusion à son « projet éducatif » ou en mettant en place des activités parascolaires ou complémentaires à midi, de sorte qu’il est impossible aux parents d’emmener leurs enfants à l’école. cette heure

Le concerté, à l’honneur

Pour cette raison, le CEAPA a soumis au ministère de l’Éducation et de la Formation professionnelle une proposition visant à mettre en œuvre un décret-cadre royal établissant certaines conditions minimales requises pour bénéficier du régime de concert et que de cette manière, en cas de non-conformité, la Haute Inspection de l’éducation peut agir.

Pour le moment, Le gouvernement a annoncé qu’il analyserait toute irrégularité cela se produit dans les quotas exigés des familles, il semble donc que le débat autour de l’enseignement concerté soit ravivé.

Via CEAPA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *