Miss Cantine

Enfants qui se déchirent compulsivement les cheveux: on parle de trichotillomanie

La trichotillomanie est un trouble qui consiste à arracher les cheveux de la tête, des sourcils ou des cils de manière compulsive. Dans la plupart des cas, la situation est douce et facile à gérer, mais dans d’autres, elle peut nécessiter un traitement spécialisé.

Nous expliquons ce que c’est étrange pathologie de l’enfance et de l’adolescence, les raisons pour lesquelles il peut être présenté et les clés pour procéder à cet égard.

Qu’est-ce que la trichotillomanie et qui affecte-t-elle?

La trichotillomanie est un trouble caractérisé par le besoin de se déchirer les cheveux de façon compulsive, car cela provoque un sentiment de bien-être ou de libération.

On estime que quatre pour cent de la population souffrent de trichotillomanie, les enfants et les adolescents étant les plus touchés et très rarement les adultes.

Comme on peut le lire sur le site Web Famille et Santé de l’Association Espagnole de Pédiatrie Primaire, ce trouble – plus typique des filles que des garçons -, Il affecte 2% des enfants scolarisés, bien que ce soit à partir de dix ans, et particulièrement à l’adolescence, où davantage de cas sont enregistrés.

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’American Psychiatric Association, il doit exister un certain nombre de facteurs pour que nous puissions parler de trichotillomanie:

  • Apparition de lésions du cuir chevelu et perte de cheveux visible (Chauve plus ou moins grand, entrées …). La calvitie peut également se produire dans les sourcils ou les cils.

  • Avant d’arracher les cheveux, la personne fait l’expérience d’une situation de stress qui est soulagée Lorsque le comportement est effectué.

  • Il n’y a pas d’autre problème médical causant la calvitie, tel que la teigne des cheveux, le naevus sébacé ou l’alopécie en raison d’un manque de nutriments ou d’hormones.

Pourquoi cela se produit-il?

Les causes de la trichotillomanie ne sont pas claires, mais comme beaucoup de troubles complexes, cela peut être dû à une combinaison de facteurs génétiques (c’est-à-dire que le risque est plus grand s’il existe une histoire proche dans la famille) et de facteurs environnementaux (stress, anxiété, dépression, ennui …).

Ce trouble est accompagné d’émotions négatives et positives:

  • Émotions négatives: L’enfant traverse un moment de stress ou de stress qui le conduit à effectuer cette action. Il peut également s’agir d’un mécanisme de défense lorsqu’il s’agit de s’adapter à une situation inconfortable, de faire face au manque de motivation, à l’ennui ou à la fatigue.

L’impossibilité d’identifier de hautes capacités dans le temps peut entraîner des déséquilibres émotionnels et une somatisation chez l’enfant

  • Émotions positives: le fait de se déchirer les cheveux est une mesure de soulagement et de bien-être pour l’enfant, il va donc répéter cette action pour maintenir ses sentiments positifs.

Il peut arriver que l’action de tirer les cheveux finit par se faire automatiquementc’est-à-dire qu’elle n’est causée par aucune cause ou émotion. De cette façon, il est courant de voir l’enfant se frotter les cheveux tout en regardant la télévision, en lisant ou en s’allongeant sans rien faire.

Quels risques cela implique-t-il?

Dommages physiques

Lorsque l’enfant arrache les cheveux de la tête, le dommage est visible. Apparaître plaies et cicatrices sur le cuir cheveluet des poils de différentes longueurs. Certaines zones restent complètement chauves et la croissance des cheveux peut être affectée.

Il peut également arriver que l’enfant morde ou ingère les cheveux arrachés et puisse éventuellement causer des problèmes digestifs tels que vomissements, obstruction intestinale ou d’autres problèmes plus graves.

Problèmes émotionnels

Habituellement, les personnes souffrant de trichotillomanie ils ont honte de leur comportementIls n’en parlent généralement pas et ont tendance à cacher le problème. Cela peut affecter négativement votre estime de soi et causer d’autres problèmes associés tels que la dépression.

Problèmes sociaux

Lorsque l’enfant prend conscience des blessures et de la perte de cheveux, de sourcils ou de cils dérivés de son comportement, il est probable que vouloir éviter les activités sociales Se sentir peu sûr de son apparence. Malheureusement, ils pourraient également se faire taquiner par leurs pairs.

Comment procéder à cet égard?

Si nous percevons ce type de comportement chez notre enfant et commençons à apprécier une nette perte de cheveux, nous devrions consulter le pédiatre, qui effectuera un examen physique pour: déterminer la cause du problème.

Si le médecin considère qu’il s’agit d’un trouble de la trichotillomanie, il vous recommandera probablement de vous rendre à l’unité de santé mentale pour enfants et adolescents.

Le pédiatre, acteur clé dans la détection des troubles psychologiques de l’enfance et de l’adolescence

Il le traitement le plus courant est généralement une thérapie psychologique, dans lequel un expert travaillera avec l’enfant comme suit:

  • Premièrement, cela vous aidera à comprendre que vos cheveux sont en train d’être arrachés. Rappelez-vous que ce comportement est inconscient.

  • Deuxièmement, cela vous aidera à identifier les causes qui déclenchent l’action.

  • Et une fois que ces causes ont été identifiées, vous apprendrez à gérer les sentiments qu’elles suscitent en utilisant des solutions de rechange plus appropriées.

Parfois, un antidépresseur ou un relaxant peut être nécessaire pour réduire le niveau de andiété de l’enfant afin de mieux fonctionner.

Il est important de garder à l’esprit que, sans l’aide d’un expert ou un traitement approprié, cette pathologie pourrait s’aggraver avec l’âge, même si nous avons parfois le sentiment que l’enfant s’améliore.

Et que peuvent faire les parents?

Si notre enfant suit un traitement pour la trichotillomanie, il est probable que le spécialiste qui le traite nous donne également quelques directives pour travailler avec lui, mais nous pouvons également vous aider à la maison avec ces quelques conseils simples:

  • Informer la famille et les amis proches à propos de ce trouble, pour éviter de faire des commentaires inconfortables envers l’enfant en raison d’un manque de connaissances.

  • Informer les enseignants et demandez votre aide, car l’enfant passe une grande partie de son temps à l’école.

  • Soutiens notre fils, faites preuve d’empathie envers lui, donnez-lui confiance et sécurité, et encouragez-le à nous en parler à chaque fois qu’il en a besoin.

  • Ne jugez pas, ne criez pas et ne punissez pas son comportement. Être compressif, patient et flexible Avec son comportement.

  • Consultez le médecin ou un psychologue si vous avez des questions sur la façon de procéder dans cette situation à un moment donné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *