Miss Cantine

Vaccins obligatoires pour accéder à la pépinière: comment ça se passe en Espagne et dans d’autres pays

Les pédiatres se battent pour que la vaccination des enfants soit universelle et nous avons un calendrier de vaccination gratuit. il n’y a pas d’obligation légale de se conformer La scolarisation n’est pas non plus obligatoire, avec les possibilités de contagion que cela implique.

Les juges donnent la raison aux centres qui rejettent les enfants non vaccinés. Après la décision d’un tribunal de Barcelone en faveur d’une crèche municipale qui a refusé d’admettre un enfant non vacciné et la nouvelle que le carnet de vaccination est un document requis dans les frais de scolarité de certaines communautés autonomes, nous avons décidé d’enquêter sur ce que dit notre loi et ce que l’on fait à ce sujet dans d’autres pays.

Nous réfléchissons donc avec les données et les lois si l’enfant doit avoir son carnet de vaccination à jour pour entrer en maternelle. Qu’en pensez vous?

Espagne: la loi n’est pas obligatoire pour la vaccination

L’importance de la vaccination ne fait aucun doute. Les vaccins immunisent les enfants dans plus de 90% des maladies, ce chiffre atteint presque 100% dans le cas des bébés.

Mais dans notre pays il n’y a pas de réglementation qui exige la vaccination, ni que ce n’est pas une exigence essentielle pour pouvoir éduquer un enfant, comme cela se fait déjà dans d’autres pays autour de nous.

En fait, nous pouvons dire que nous sommes sur cette question, car il n’y a pas d’amendes ou de lois. Faut-il faire quelque chose? Pourriez-vous vous forcer à vacciner?

L’approche peut être compliquée si les parents prétendent « Liberté » ou « Le principe d’autonomie », sur lesquels reposent les mouvements anti-vaccinaux, qui réorientent la constitution espagnole et nos lois pour défendre le fait que la vaccination ne peut être obligatoire que lorsqu’un danger imminent et extraordinaire pour la santé publique doit être jugé par un tribunal.

La loi organique 3/1986 du 14 avril sur les mesures spéciales en matière de santé publique stipule à l’article 2:

« Les autorités peuvent prendre n’importe quel type de mesures pour préserver la santé publique, à la seule condition qu’il existe des indications rationnelles de son danger. Toutes les mesures sont admises (non spécifiées) en cas d’épidémie ou de situation limite « .

La loi générale sur la santé de 1986 qui, dans son article 10.9, dispose que les individus ont le droit:

« Pour refuser un traitement, sauf si cela présente un risque pour la santé publique, vous n’êtes pas qualifié pour prendre des décisions (dans ce cas, cela correspond à un membre de votre famille ou à un ami proche) ou lorsque l’urgence ne permet pas un délai avant de pouvoir causer des blessures irréversibles ou un danger de mort. « .

Il est clair que la question est si complexe que même le comité des vaccins de l’Association espagnole de pédiatrie (AEP) explique en détail toutes les règles concernant le caractère obligatoire des vaccins et dans quels cas il peut être demandé aux tribunaux.

Mais il est clair que il est légalement possible de protéger tous les enfants tout en respectant la liberté, parce que dans d’autres pays, l’obligation de se faire vacciner dans les garderies est reconnue par la loi.

Sans vaccins, pas de crèches, dans certaines communautés

Il est clair que l’obligation d’inclure le carnet de vaccination dans l’obligation d’inscrire un enfant est un bon moyen de savoir s’il existe une immunisation universelle dans les classes.

Mais aujourd’hui, le présenter n’est pas une obligation légale, bien que certaines communautés autonomes prennent des initiatives en ce sens.

La Xunta de Galicia Elle étudie ne pas admettre d’enfants dans ses crèches sans avoir à vacciner. Si la décision est finalement prise, elle sera appliquée dès le prochain traitement aux enfants de zéro à trois ans qui ne sont pas à jour du calendrier de vaccination officiel.

Calendrier des vaccins 2019: ce sont les nouvelles

Castille et Leon. L’ordre autonome qui régit le processus d’admission dans cette communauté établit que les parents d’enfants de moins de trois ans qui souhaitent avoir accès à une crèche publique doivent fournir un carnet de vaccination pour pouvoir s’inscrire.

Le document a un but informatif bien qu’il incombe au centre d’admettre un mineur qui n’a pas reçu tous les vaccins inclus dans le calendrier officiel. Dans le cas des centres privés, il n’y a pas de réglementation à cet égard et le centre peut agir à sa guise.

Estrémadure Il s’agit, avec Castilla y León, des seules communautés à exiger l’obligation de mettre à jour toutes les doses du calendrier de vaccination, ce qui est une obligation pour pouvoir inscrire un enfant dans une crèche publique.

Les adolescents néerlandais peuvent se faire vacciner si leurs parents ne les ont pas immunisés lorsqu’ils étaient enfants

Generalitat de Catalunya. Dans le cadre de la documentation pour la demande de pré-inscription et pour formaliser l’inscription des enfants de 3 à 12 ans, les parents doivent également présenter le carnet de vaccination.

Si un apprêt n’est pas disponible ou si l’enfant n’a pas été vacciné par une indication médicale, un certificat médical officiel doit être présenté.

Il existe d’autres communautés telles que Valence, la Navarre et les îles Canaries qui incluent la présentation du carnet de vaccination des enfants comme condition préalable à l’accès aux écoles maternelles. ils ne le font qu’à des fins d’information.

Les autres communautés ne prévoient pas dans leurs règlements de demander le carnet de vaccination comme condition préalable à l’inscription des enfants à la crèche, bien que chaque centre puisse le demander aux parents s’il le juge utile.

L’exemple des autres pays

La vaccination obligatoire est une question très controversée dans le monde entier, et plus récemment avec la réapparition de maladies infantiles que l’on croyait éteintes grâce à la vaccination.

L’OMS met en garde contre l’augmentation du nombre de cas de rougeole dans le monde en raison d’une baisse de la vaccination

Heureusement, en Espagne, les taux de vaccination sont excellents, même si certains pays voisins ont dû prendre des mesures pour limiter la réduction du taux de vaccination, principalement en raison de la hausse des mouvements anti-vaccin.

Certains pays européens ont toutefois décidé de faire de la vaccination obligatoire une condition indispensable pour la scolarisation des enfants dans les centres publics.

  • France. À compter du 1er janvier 2018, les enfants nés en France doivent être vaccinés pour pouvoir accéder aux crèches et aux écoles. C’était une mesure imposée au grand nombre d’enfants touchés par la rougeole ou la varicelle.

  • Italie. Ce pays européen a également imposé dix vaccins obligatoires pour l’accès aux écoles maternelles, au cours de l’année universitaire 2017-2018 contre différentes flambées de rougeole, bien que l’été dernier, avec le changement de gouvernement, il ait cédé.

  • Holland Il étudie l’imposition de la vaccination si l’enfant souhaite se rendre dans les crèches publiques, dans la mesure où seulement 90% des enfants néerlandais de moins de deux ans sont vaccinés. Et, selon l’OMS, 95% sont nécessaires pour assurer l’immunité du groupe.

  • Selon le Comité des vaccins de l’AEP, dans d’autres pays européens, au moins 11 pays ont au moins un vaccin infantile obligatoire financé par le système de santé du pays correspondant. Parmi eux figurent la France, la Slovénie, la Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la Grèce et la République tchèque.

Mais aussi hors de notre continent, certains pays s’inquiètent de la réduction de la vaccination obligatoire chez les enfants et des risques que cette réalité peut causer pour la santé.

  • Australie: Il y a deux ans, les autorités australiennes ont décidé d’interdire l’entrée dans les garderies des bébés non vaccinés, en plus des amendes financières et du retrait des avantages fiscaux pour les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants.

Les chiffres de vaccination en Espagne dépassent 97%, nous parlons donc de vaccination universelle.

Pour cette raison, nos pédiatres ils continuent à lutter pour faire prendre conscience de l’importance des vaccins pour la santé de nos enfants et de leurs pairs, mais ils ne sont pas en faveur de forcer le calendrier de vaccination et, par conséquent, du moins pour le moment, ils ne défendent pas le fait que les écoles interdisent l’entrée d’un enfant à une garderie s’il n’est pas vacciné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *