Miss Cantine

Qu’advient-il des enfants lorsque les parents ont un favori?

Beaucoup de frères, lorsqu’ils se rencontrent à l’âge adulte, plaisantent sur ce que c’était. le favori de ses parents. Est-ce un simple commentaire plaisant ou est-ce que certains ont encore quelque chose à dire?

Dans une étude, des chercheurs ont demandé à plusieurs adultes si leur mère avait un préféré quand ils étaient enfants et près de 85% des participants le pensaient.

Dès que nous quittons la maison de nos parents, nous ne nous inquiétons plus de la favoritisme fraternel, mais la réalité n’est pas vraie et il semble que la gêne suscitée par le favoritisme pendant l’enfance soit longue.

Nous sommes susceptibles de continuer à nous inquiéter, à l’âge adulte, des raisons pour lesquelles un autre frère ou une sœur en particulier a eu une meilleure offre que nous.

Le favoritisme entre frères est-il réel ou est-il une illusion?

Il s’avère qu’il est vrai que les parents se comportent différemment avec leurs enfants et bien sûr les enfants se rendent compte de ces différences d’une manière ou d’une autre.

Les chercheurs ont étudié le favoritisme en observant les enfants lorsqu’ils discutent avec leurs parents ou en leur demandant de parler de leurs interactions: à quelle fréquence parents et enfants rient-ils ou jouent-ils ensemble? À quelle fréquence combattent-ils ou se disputent-ils?

Ces scores ont ensuite été comparés entre les différents frères et sœurs afin de déterminer si un enfant avait reçu plus d’attention positive ou négative de leurs parents qu’un autre.

L’un des résultats les plus encourageants de ces études est que, lorsque les différences dans la manière dont les parents traitent leurs enfants sont minimes, elles n’ont pratiquement aucune conséquence.

Ce n’est que s’il ya une grande différence quand on constate que affecte la santé et les relations des enfants.

Le stress parental doit faire

Des études portant sur tous les types de relations nous montrent qu’une grande partie de l’empathie que nous ressentons envers les autres est due à la compatibilité des personnalités. Une personne peut sembler plus facile ou plus intéressante qu’une autre et il en va de même entre parents et enfants.

Bien que la plupart des parents veulent et s’occupent de tous leurs enfants, ils se rendront inévitablement compte qu’ils sont plus en accord avec un fils qu’avec un autre. Un des enfants peut être plus sociable, un autre plus irascible et un tiers sera meilleur pour apprendre.

Ces différences dans la manière dont les parents traitent les frères et sœurs ont leur origine dans les gènes de leurs enfants. Les parents traitent plus de la même manière les jumeaux identiques, qui partagent 100% de leur ADN, que les jumeaux non identiques, qui partagent environ 50% de leurs gènes.

Plus les personnalités des frères seront différentes, plus le traitement réservé à leurs parents sera différent.

Un autre facteur dans la façon dont les parents éduquent leurs enfants est, bien sûr, leur âge. Les parents interagissent et éduquent leurs enfants en fonction de l’évolution des capacités de développement à mesure qu’ils grandissent. L’âge et la personnalité expliquent certaines des différences dans le traitement que les enfants reçoivent de leurs parents.

Mais bien que l’âge et la personnalité jouent un rôle important dans le favoritisme des parents, le stress que les parents souffrent les affecte beaucoup plus. Lorsque les parents connaissent une situation économique précaire, des problèmes de santé mentale ou des conflits émotionnels, la différence dans la manière d’éduquer leurs enfants ou de favoritisme entre frères et sœurs devient plus évidente.

Impacts sur le bien-être physique et mental

Malheureusement, ce favoritisme perçu par les frères peut créer une méfiance parmi eux, en leur faisant sentir plus éloignés les uns des autres, à la fois pendant l’enfance et à l’âge adulte.

Cette conclusion a été établie pour le favoritisme perçu et le favoritisme observé.

Il est important de passer du temps individuellement avec chaque enfant chaque jour.

La sagesse populaire dit que l’enfant préféré bénéficie de son traitement spécial. Bien que cela puisse être vrai lorsque le favoritisme est modéré, des études suggèrent que aucun des frères ne bénéficie lorsque le favoritisme est plus prononcé. C’est-à-dire que lorsque le favoritisme est plus évident, tous les frères font preuve de moins de bien-être physique et mental.

À l’heure actuelle, la raison en est incertaine, mais il est possible que les enfants soient victimes d’inégalités ou que, lorsqu’ils sont favorisés, ils craignent de se retrouver du côté des défavorisés.

Mais ce qui est le plus rassurant pour les parents, ce sont les résultats: leurs explications sur les raisons pour lesquelles ils traitent différemment leurs frères et sœurs changent réellement l’expérience des enfants. Les explications qui se concentrent sur leurs différentes personnalités, âges ou besoins sont associées à des niveaux de stress inférieurs pour les enfants.

Comment l’ordre de naissance des enfants influence leur personnalité

Cinq conseils pour ne pas être impartial avec vos enfants

  1. Accorde une attention. La première étape consiste à être conscient du fait que c’est quelque chose qui peut arriver et à demander l’aide ou le soutien de votre partenaire, de votre famille, de vos amis ou même de professionnels de la santé pour tenter d’en comprendre les raisons. Rappelez-vous que le favoritisme envers les enfants est plus probable lorsque votre niveau de stress est plus élevé.

  2. Écoute. Lorsque votre enfant se plaint ou voit des discussions entre frères et soeurs dans lesquelles on mentionne le favoritisme, ne l’ignorez pas. Gardez les sentiments de l’enfant à l’esprit et réfléchissez aux raisons pour lesquelles il se sent de la sorte.

  3. Donner des explications. Parfois, les enfants ont besoin de recevoir un traitement différent, par exemple lorsqu’un enfant est malade, blessé ou a des besoins particuliers. Lorsque cela se produit, expliquez-le pour éviter tout malentendu.

  4. Éviter de faire des comparaisons entre enfants. Bien qu’il soit naturel de dire quelque chose comme: « pourquoi ne peux-tu pas être plus comme ta sœur? » Essayez de vous concentrer sur ce que chaque enfant fait bien, sans lui faire face.

  5. Essayez de passer du temps seul avec chacun des enfants. Dans la mesure du possible, essayez de passer au moins 10 minutes chaque jour avec chaque enfant afin que chacun reçoive toute votre attention. Vous pouvez faire n’importe quelle activité qu’ils aiment faire avec vous.

Les auteurs: Sheri Madigan, professeur adjoint à la Chaire de recherche du Canada sur les déterminants du développement de l’enfant (Centre de recherche Owerko de l’Institut de recherche du Alberta Children’s Hospital, Université de Calgary) et Jennifer Jenkins, Chaire Atkinson en éducation et développement de la petite enfance et directrice du Centre Atkinson, Université de Toronto.

Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation. Vous pouvez lire l’article original ici.

Traduit par Silvestre Urbón

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *