Miss Cantine

Les jeunes enfants se cachent fatalement et les psychologues ont une nouvelle théorie à ce sujet.

Les enfants du monde entier aiment jeux cachés: Il y a quelque chose de très excitant à disparaître de la vue d’une autre personne et à devenir « invisible ».

Cependant, les psychologues du développement et les parents savent que les enfants d’âge préscolaire ils se cachent fatalement. Fait intéressant, ils se couvrent souvent le visage avec les mains, laissant le reste du corps visiblement exposé.

Pendant longtemps, on a pensé que cette stratégie de dissimulation inefficace était la preuve que les enfants plus jeunes sont des créatures «égocentriques» sans remède. Les psychologues avaient l’idée que les enfants d’âge préscolaire ne pouvaient pas distinguer entre leur propre perspective et celle d’une autre personne, et la sagesse conventionnelle supposait que les enfants, ne pouvant voir au-delà de leur propre point de vue, Ils ont faussement supposé que les autres voyaient le monde de la même façon.

Les psychologues ont donc supposé que les enfants « se cachent » en se couvrant les yeux, car ils associent leur propre manque de vision à ceux de leur entourage.

Mais les recherches dans le domaine de la psychologie du développement cognitif commencent à jeter des doutes sur l’hypothèse de l’égocentrisme de l’enfance. Nous avons mené une étude auprès d’enfants âgés de deux à quatre ans dans notre laboratoire d’esprits en développement de l’Université de Californie du Sud pour examiner cette hypothèse. Nos résultats surprenants contredisaient l’idée qu’ils se cachaient mal en raison de leur nature supposée égocentrique.

Qui peut voir qui?

Chacun des enfants de notre bureau était assis devant un adulte qui se couvrait les yeux ou les oreilles avec les mains. Nous avons ensuite demandé à l’enfant s’il pouvait voir ou entendre l’adulte, respectivement. Étonnamment, les enfants ont affirmé qu’ils ne pouvaient ni voir ni entendre. Le résultat fut le même lorsque l’adulte se couvrit la bouche: dans ce cas, les enfants disaient ne pas pouvoir leur parler.

Plusieurs expériences de contrôle ont été menées pour vérifier que les enfants étaient confus ou n’avaient pas compris ce qui leur était demandé: nos petits objets d’étude comprenaient les questions et savaient exactement ce que nous demandions. Ses réponses négatives témoignaient de sa conviction que l’autre personne ne pouvait être vue, entendue ou parlée lorsque ses yeux, ses oreilles ou sa bouche étaient couverts. Bien qu’ils puissent parfaitement voir la personne devant eux, ils ont catégoriquement nié pouvoir la percevoir. Quel est le problème avec eux?

Pour les jeunes enfants, le contact visuel réciproque direct est une exigence pour qu’une personne en voie une autre.

Il semble que pour les jeunes enfants, le contact visuel réciproque direct est une exigence pour qu’une personne en voie une autre. C’est comme si sa façon de penser était basée sur l’idée que « je ne peux te voir que si tu peux aussi me voir » et vice versa. Notre étude suggère que lorsqu’un enfant se « cache » sous une couverture, il ne le fait pas parce qu’il est égocentrique. En fait, les enfants pensent que c’est une stratégie efficace lorsque d’autres personnes l’utilisent.

Son idée de visibilité est basée sur la bidirectionnalité: à moins que deux personnes se regardent dans les yeux, il leur est impossible de se voir. Contrairement à l’égocentrisme, les jeunes enfants insistent simplement sur idée de reconnaissance et de considération réciproques.

L’attente de la participation des deux parties

Le fait que les enfants recherchent la réciprocité prouve qu’ils ne sont pas du tout égocentriques. Les enfants d’âge préscolaire ne peuvent pas seulement voir le monde différemment, mais ils utilisent cette capacité dans des situations où elle n’est pas nécessaire ou qui entraîne des malentendus, comme lorsque l’on leur demande de parler de leur propre point de vue. Ces opinions erronées, comme par exemple quand ils disent que nous ne pouvons pas voir ceux qui ont les yeux couverts, révèlent à quel point la perception que les enfants ont dans le monde dépend d’autres personnes.

La façon dont les enfants plus jeunes prétendent se cacher peut nous sembler irrationnelle et les réponses fournies dans notre étude montrent que les enfants sont incapables d’interagir avec une personne si la communication n’est pas réciproque: il faut que ce soit réciproque, il y a une communication entre égaux.

Nous prévoyons d’étudier le comportement des enfants lorsqu’il s’agit de se cacher directement dans le laboratoire et de voir si les enfants qui se cachent mal montrent plus de signes de communication réciproque en jouant et en conversant que les enfants de Ils se cachent mieux. Nous aimerions également mener ces expériences avec des enfants qui présentent des schémas de développement différents des autres au cours de leurs premières années.

Les résultats de notre étude mettent en évidence le désir naturel des enfants et leurs préférences pour les personnes de manière réciproque. Les enfants attendent et cherchent à créer des situations dans lesquelles ils peuvent engager avec d’autres personnes mutuellement: ils veulent interagir avec des personnes non seulement vues, mais aussi les regarder en arrière; avec des gens qui non seulement écoutent, mais se font entendre; et avec des personnes qui non seulement assistent à ce que nous leur disons, mais peuvent également répondre et établir un dialogue.

Au moins à cet égard, les jeunes enfants comprennent et traitent les autres êtres humains d’une manière qui n’est pas du tout centrée sur eux-mêmes. Au contraire, la façon dont ils insistent pour qu’il y ait un traitement réciproque fait preuve de maturité et peut être considéré comme quelque peu inspirant. Les adultes pourraient prendre note de la manière dont les petits perçoivent et interagissent avec les autres, car ils sont très conscients que nous recherchons tous naturellement une interaction constante avec les autres.

Les auteurs: Henrike Moll, Professeur assistant en psychologie du développement, Université de Californie du Sud (Collège Dornsife de lettres, arts et sciences) et Allie Khalulyan, Doctorat en philosophie. Étudiant en psychologie du développement, Université de Californie du Sud (Dornsife College of Letters, Arts and Sciences).

Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation. Vous pouvez lire l’article original ici.

Traduit par Silvestre Urbón.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *