Miss Cantine

« Enfants de 10 ans avec des téléphones portables à 600 personnes », la dure réflexion sur les enfants et les adolescents d’aujourd’hui dont tout le monde parle

Erun Pazon a attendu dans son centre de santé pour se faire soigner par son médecin de famille, quand il a remarqué un signe sur l’un des murs dont le message a attiré son attention et a décidé de le publier sur leurs réseaux sociaux.

En quelques jours, sa publication a été viralisée et partagée par des dizaines de milliers d’utilisateurs, qui réfléchissent au contenu du texte et au type d’éducation que reçoivent actuellement les enfants et les adolescents.

« Je donne à mon fils tout ce que je n’ai pas eu »

Le texte original de l’affiche affichée dans le centre de santé de Marín (Pontevedra) n’a pas été travaillé par un travailleur ambulatoire. En fait les ouvriers ils ne connaissent pas la paternité de l’écriture, mais ils l’ont trouvé sur Internet et cela a semblé un puissant message sur lequel réfléchir. c’est pourquoi ils l’ont imprimé et accroché au mur.

Quand Erun l’a lu, il a décidé de le photographier et de le partager sur son profil Facebook, sans laisser présager l’intérêt que cela susciterait. Sans surprise, en seulement 15 jours, il a déjà été partagé par plus de 90 000 personnes, qui n’ont pas hésité à exprimer leur opinion.

Comme on peut le lire sur la photo, le texte se lit comme suit:

« Oui, messieurs, c’est vrai. Enfants de 10 ans avec des téléphones portables à 600 euros, des chiots âgés de 15 ans avec des extensions de cheveux de 500 euros; enfants immatures de 18 ans avec des pots de 24 000 euros, des lunettes de soleil à 300 euros, des pantalons de 200 euros , des pantoufles de 150 euros; des étudiants qui voyagent à l’étranger pour 1500 dindes dans des pays où leurs parents n’iront jamais de leur vie; et tandis que parents, sans travail ou exerçant des activités rémunérées, avec la même année de vêtements après année, sans partir en vacances et avec des voitures d’il y a 20 ans « 

« Je m’en fiche de ça. » Je donne à mon fils tout ce que je n’ai pas eu. « Je vaux le sens de » Quand tu es père, tu vas manger des œufs. « Nous leur donnons la liberté de décider que nous n’avions pas. que nous n’avions pas, des vacances que nous n’avions pas et beaucoup plus de choses dont nous pouvions seulement rêver. C’est une bonne éducation. Le reste les gâte et déforme la réalité de leurs idées, car ils vivront plus aisés que des enfants que des adultes « 

« Donnez à vos enfants l’amour, l’amour, l’éducation, le respect et la sagesse. Les autres l’obtiendront pour eux-mêmes. »

Aimer un enfant, ce n’est pas lui donner toutes sortes de caprices matériels

Parmi les centaines de commentaires et de réactions reçus par l’écriture, la plupart ont pour objectif de savoir dire «non» à nos enfants lorsque la situation l’exige, de fixer des limites justes et raisonnables, et surtout de: ne pas tomber dans le matérialisme et la superficialité en leur achetant tout ce qu’ils veulent.

Et pour beaucoup, les enfants et les adolescents d’aujourd’hui ne valorisent pas l’importance de l’effort pour faire avancer les choses, car ils ont été élevés par les parents qui choisissent de tout leur donner sans se soucier des conséquences futures.

Mais il y a aussi ceux qui croient que l’éducation aux valeurs ne doit pas être en contradiction avec le fait que offrir à nos enfants autant de choses matérielles qu’ils le souhaitent, à condition que ce soit entre les mains des parents de pouvoir le faire et de le faire avec plaisir.

Personnellement, j’estime qu’un aspect fondamental de l’éducation consiste à apprendre à nos enfants à évaluer le coût de la réalisation de leurs tâches. Pourquoi les surprotéger et donnez-leur tout ce qu’ils demandent pour éviter les problèmes ou sauvez-les de la souffrance, les fera grandir en pensant que les choses se réalisent facilement et sans effort. Mais rien n’est plus éloigné de la réalité.

En outre, Le bonheur de nos enfants ne dépend pas du nombre de cadeaux ou des choses matérielles que nous pouvons leur offrir. Malheureusement, nous vivons dans une société extrêmement consumériste qui nous fait croire que beaucoup de choses sont essentielles pour être heureux, alors qu’en réalité, elles ne sont pas nécessaires. Et si non, pensez-vous, est-il vraiment nécessaire que les enfants âgés de 10 à 12 ans aient un téléphone portable? Est-il essentiel que votre première communion ou vos anniversaires soient célébrés avec style? Connaissons-nous les conséquences du syndrome de l’enfant surdoué sur les enfants?

Bien qu’il ne soit peut-être pas nécessaire d’atteindre un tel extrême pour apprendre à valoriser les choses, nous avons partagé à plusieurs reprises des histoires surprenantes de familles qui ont décidé de se départir de tous leurs biens matériels en prétendant se sentir plus libres et plus heureux avec ce mode de vie.

Nous n’avons pas non plus besoin de généraliser

D’autre part, j’avoue que Je n’aime pas la coutume de généraliseret, dans ce cas précis, de traiter tous les adolescents de la même manière.

Il y a quelques mois, nous avons partagé une interview intéressante avec la psychologue Silvia Álava à propos de l’adolescence et des comportements et façons d’être qui, à tort, ont été attribués de manière générale à tous les garçons et toutes les filles d’un certain âge.

« La première chose sur laquelle nous devrions être clairs est que il y a des gars fantastiques, responsables, affectueux et collaboratifs et qu’ils aident même les autres en coopérant avec des ONG. Des mecs qui, malgré les hauts et les bas et les changements de l’adolescence, la vivent de manière saine et respectueuse. Mais ces gars-là n’apparaissent pas aux nouvelles ou n’occupent pas de couverture « – nous a dit l’expert à l’époque.

Par conséquent, bien que je puisse souscrire à certaines des réflexions formulées dans le texte, je ne partage pas du tout que ce soit une généralité des enfants et des adolescents aujourd’hui. Je préfère garder l’essence finale de l’écriture:

L’importance d’aimer et de respecter nos enfants pour qu’ils puissent toujours compter sur nous, tout en les éduquant dans leur capacité à décider librement et à s’efforcer de faire avancer les choses.

Que pensez-vous de cette réflexion?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *