Miss Cantine

Couches, urinoirs et pantalons déchirés: les différentes façons d’apprendre à aller aux toilettes dans le monde peuvent aider les parents à se détendre

Deux ans est-il trop tôt pour commencer à aller aux toilettes seul? Pour la plupart des enfants, oui. Surtout pour les garçons. Ou du moins c’est la conclusion à laquelle sont arrivés les pédiatres aux États-Unis et, à l’heure actuelle, environ la moitié seulement des enfants aux États-Unis. Ils vont seuls à la salle de bain avec trois ans.

Les grands-mères chinoises seraient horrifiées à cette idée parce que chez les enfants de Chine portant des pantalons kaidangku Ils savent déjà comment le faire eux-mêmes avec deux ans. Cette pièce de garde-robe traditionnelle est ouverte par la fourche, ce qui permet aux enfants d’uriner et de déféquer librement sans retirer leurs vêtements. Cette tenue reste le premier choix pour les pantalons pour jeunes enfants dans les zones rurales de Chine.

De nombreux parents hésitent à essayer de nouvelles méthodes pour apprendre à leur enfant à aller aux toilettes (sans parler de toutes les autres choses que l’enfant doit apprendre) car ils pensent qu’il n’y a qu’une seule manière logique et que cela a toujours fonctionné.

Au jour d’aujourd’hui, les parents sont bombardés de recommandations qu’ils prétendent avoir un soutien scientifique et qu’ils conviennent à tous les enfants, même avec des stratégies qui peuvent être contradictoires. Rien qu’en anglais, il existe plus de 2 000 livres de conseils destinés aux pères et aux mères, sans compter le grand nombre de blogs. Il y a même une parodie de ce genre. Tout cela fait que les parents modernes se sentent confus quand ils décident comment élever leurs enfants.

En tant qu’anthropologue, j’ai étudié différentes manières d’élever des enfants dans le monde entier pendant 25 ans. J’ai vécu avec mon mari (l’écrivain Philip Graham) dans de petits villages de la forêt tropicale humide d’Afrique de l’Ouest pendant de longues périodes et je suis convaincu que les humains sont une espèce très résistante capable de prospérer dans des environnements très différents.

La découverte de l’incroyable diversité de manières d’élever un enfant nous a amenés à repenser et à modifier certaines des manières dont nous élevons la nôtre (partage du lit, indépendance et tâches ménagères, par exemple).

Il n’y a pas de modèle valable pour tout le monde en donnant des recommandations sur la façon d’élever un enfant. Pour diffuser cette idée, certains de mes camarades de classe et moi avons travaillé ensemble au livre «Un monde de bébés: des guides de garde d’enfants imaginés pour huit sociétés», basé sur nos recherches. sur le terrain, comme dans le cas d’autres auteurs dans des pays allant d’Israël et des territoires de Palestine à la Chine, au Portugal, au Pérou, au Danemark, à la Côte d’Ivoire et même à la communauté américano-somalienne de Minneapolis (États-Unis).

Apprends à aller aux toilettes depuis leur naissance?

Pourquoi les parents choisissent-ils une méthode parentale spécifique? Souvent, cela est dû à des raisons économiques ou à ce à quoi ils ont accès. Concentrons-nous sur le cas d’apprendre à aller aux toilettes.

En Côte d’Ivoire, les mères commencent à apprendre à leurs enfants à aller aux toilettes quelques jours après leur naissance administrer des lavements deux fois par jour à partir du jour où les restes du cordon ombilical se sont détachés. Lorsque l’enfant a déjà quelques mois, ses responsables ne sont plus obligés de le faire plusieurs fois par jour.

Qu’y a-t-il derrière une pratique qui semble si extrême? D’une part, dans les zones rurales de la Côte d’Ivoire pas d’accès aux couches jetables (comme dans de nombreuses parties de l’hémisphère sud). En outre, même s’ils peuvent être achetés sur certains marchés locaux, il s’agit d’un produit que peu de familles peuvent se permettre. En fait, c’est quelque chose que l’environnement ne peut se permettre non plus si nous prenons en compte les estimations de certains environnementalistes selon lesquelles les couches «utiliser et jeter» sont les troisièmes produits d’utilisation et d’élimination les plus utilisés dans les décharges et pour leur fabrication. 26 000 millions de litres de pétrole brut sont nécessaires par an.

Mais les raisons économiques et / ou l’accessibilité aux couches ne sont qu’une partie de l’histoire. La structure du travail et les valeurs culturelles influencent également le choix des parents.

En Côte d’Ivoire (et dans toute l’Afrique subsaharienne), les bébés passent le plus clair de leur temps sur le dos de quelqu’un et bien souvent, il ne s’agit pas de la mère car elle doit travailler dans les champs pour nourrir sa grande famille. La société des zones rurales ivoiriennes (contrairement à la société chinoise) pense que les excréments (y compris ceux des bébés) sont quelque chose de répugnant et le seul fait de penser qu’un bébé peut le lui faire lorsqu’il est derrière son dos C’est très dégoûtant.

Prise en compte de l’opinion locale sur les matières fécales, aucune baby-sitter ne s’occuperait d’un enfant qui pourrait le faire en le portant sur son dos C’est pourquoi il est important qu’ils apprennent très tôt à aller aux toilettes pour que leur mère puisse travailler dans les champs sans souci. En ce sens, le fait d’apprendre très jeune à aller aux toilettes aide la famille de la mère à fournir à sa famille une quantité suffisante de nourriture.

Cette pratique peut horrifier un Occidental, imaginant que le bébé puisse souffrir de séquelles émotionnelles à long terme causées par un traumatisme à un âge aussi précoce. Cependant, mis à part les ravages de la pauvreté qui présentent un risque pour la santé et privent les familles de possibilités éducatives et économiques, ces bébés qui apprennent à réguler leurs besoins dès leur plus jeune âge deviennent des adultes si heureux et si équilibrés. comme des enfants qui ont grandi avec des couches.

Le contexte compte dans ce qui fonctionne

Cette pratique ne peut pas motiver d’autres lecteurs que la Côte d’Ivoire. Aux États-Unis (et dans tous les pays développés), les besoins des femmes en matière de travail peuvent également déterminer la manière dont on enseigne aux enfants à aller aux toilettes, même à un âge plus avancé.

De nombreuses crèches n’acceptent que les enfants qui savent déjà aller aux toilettes seules. Par conséquent, si une mère n’a personne pour s’occuper de son enfant à la maison, elle deviendra folle pour que son petit enfant aille aux toilettes seul dès que possible pour revenir. Travailler à temps plein.

Pour les mères qui restent à la maison ou celles qui ont des membres de la famille qui peuvent s’occuper de leur enfant, les différentes situations de la vie sont celles qui dictent les décisions relatives au moment où les enfants apprennent à aller aux toilettes. Dans les territoires de En Palestine, par exemple, de nombreuses mères commencent à leur apprendre à aller aux toilettes à 14 ou 15 mois.. Ils peuvent commencer très tôt, car ils ne travaillent généralement pas à l’extérieur de la maison et ont le temps de le faire. Au contraire, si une femme palestinienne travaille, elle peut apprendre à l’enfant à aller aux toilettes plus tard, environ deux ans. Dans ce cas, les femmes du clan familial («hamula») s’occuperont de l’enfant pendant que la mère travaille et il n’existe aucune pression pour que l’enfant n’apprenne à aller aux toilettes que le plus tôt possible.

Dès que nous voyons comment les gens vivent au quotidien, certaines pratiques cessent de paraître aussi exotiques ou même abusives qu’au début (pantalons ouverts ou lavements d’enfants). Si nous ouvrons l’esprit des nouveaux parents à « d’autres » moyens d’élever leurs enfants, nous pouvons faire en sorte calmez-vous à la pression que s’ils ne « font pas la bonne chose » Vos enfants vont devenir mauvais. Dès que nous explorons des coutumes équivalentes et d’autres manières d’élever des enfants, il est clair qu’il existe de nombreuses « bonnes façons » de faire apprendre à un enfant à faire des choses.

Auteur: Alma Gottlieb, professeure émérite d’anthropologie,
Études africaines et études sur le genre et les femmes, Université de l’Illinois à Urbana-Champaign.

Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation. Vous pouvez lire l’article original ici.

Traduit par Silvestre Urbón.

Chez les bébés et plus | Comment savoir si l’enfant est prêt à quitter la couche? Le meilleur moment pour la laisser n’est pas toujours lorsque le pédiatre le dit, ni le voisin ni l’enseignant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *